AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chronique des Avatars de Vengeance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Chronique des Avatars de Vengeance   Dim 16 Juil - 18:57

Arrow Préambule

-Ceci se passe à l’époque où les vaches, cochons et poules proliféraient sur les terres de Lexode. De nombreuses créatures de diverses races avaient fait leur apparition dans ce monde…

L’anarchie régnait et beaucoup ne pensaient qu’à se battre. Il n’y avait aucun endroit où l’on était en sécurité. Il fallait se méfier de tous, même de ceux qui se disaient nos alliés.
Mais certains êtres au cœur pur allaient se réunir pour tenter de donner un nouvel élan d’Espoir aux opprimés.

-Tout ceci, bien sur, bien longtemps avant le terrible cataclysme qui suivit l’arrivée des Elfes Noirs.
C’était, dit-on, dans l’ancien monde… On l’appelait alors Béthahain


Dernière édition par le Lun 17 Juil - 14:39, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Dim 16 Juil - 18:58

Arrow Chapitre I : Premières rencontres

-A la recherche d’adversaires puissants tel une poule ou une vache, Marmott, jeune elfe au grand cœur, se baladait camouflé dans les plaines de Lexode.
Assénant de courageux « Chants Elfiques » au péril de sa vie et enchaînant avec sa terrible « Griffe Animale » il arrivait presque à bout de cette maudite poule quand quelque chose lui marcha dessus.

« Hé ça va pas la tête ??? C’est ma place, pousse tes grosses pattes de là »

L’histoire ne dit pas si c’est le « Grunk » d’explication ou le gourdin de l’énorme orc qui arriva d’abord aux grandes oreilles de Marmott. Mais le résultat était là, l’orc, ravi de son méfait s’enfuit avec la bourse du p’tit elfe qui gisait là, sur le sol.

-A son réveil Marmott jura de se Venger et, d’un jour, réunir assez de créatures bienveillantes pour contrer cette folie meurtrière. Ce fut vite fait… Findolin, Ozyris, Vertigo, Xarcan…
Un nombre incroyable d’aventuriers de toutes origines, de toutes races s’unirent à lui pour fonder le clan des Avatars de Vengeance.

-Un soir de repos autour du feu, Marmott repu de viande de gnoll et surtout de cervoise lança l’idée :
« Hé tant qu’on y est, pourquoi pas construire un village ICI, hips »

Ozyris un peu plus réaliste :
« T’es sur chef, avec tout ces brigands dénommés BaB qui rodent par ici ?? »

Xarcan frappant tout objet métallique à l’aide de son marteau au rythme de « C’est nous les forgerons » (hymne des fabricants d’armes) mais troublé par les trous de mémoire dus à sa légère ivresse :
« Ben oui, moi, j’vais vous fabriquer plein d’belles armes toutes brillantes !!! »
Bondissant et trépignant, frappant de plus en plus fort de son marteau, il commença à entonner, à brailler même, le dit chant :

« C’est nous les forgerons-on-on
Les armes que nous forgeons-on-on
Avec toute not’ passion-on-on
Eeeele vous protègront-on-on

Avec mon beau marteau-au-au
Je frappe dès qu’j’peux le faire-air-air
Dès qu’l’est bien rouge et chaud-au-au
Mon beau gros bloc de fer-er-er… »


Marmott se mit alors à pousser lui aussi la chansonnette sur un air doux et mélodieux, dans un langage incompréhensible. C’était, dit-on, la langue des elfes…

Attirés par la cacophonie quelques passants solitaires s’arrêtèrent un instant et s’approchèrent intrigués par ce petit groupe qui paraissait bien s’amuser.

« Approchez, n’ayez pas peur… » Dit Marmott.
« Certains de vous m’ont l’air mal en point, assez-vous parmi nous, nous allons vous aider ».

Et le chef des Avatars de Vengeance commença à raconter son histoire.
Findolin, après avoir soigneusement bâillonné Xarcan, fit usage de ses pouvoirs, à l’instar de Marmott, pour soigner leurs nouveaux amis. Grumph, Roc, Artimus Gordon, Aspirine, Valer, King, Kaldar …

-Tant et tant furent séduits par l’idéal des Avatars et étaient bien décidés à fonder ce village et ainsi devenir de bons artisans pour certains, de valeureux guerriers pour d’autres…


Dernière édition par le Lun 17 Juil - 14:27, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 17 Juil - 12:23

Arrow Chapitre II : Défaite cuisante

-Après mure réflexion, les Avatars de Vengeance décidèrent de recruter des volontaires encore et encore pour pouvoir fonder le village auquel ils rêvaient. Ayant pris soin de bien noter l’emplacement des mines, arbres et points d’eau des environs, Findolin menait la marche.
Ils formaient un groupe solide et pouvaient se lancer à la chasse aux monstres plus féroces ainsi que s’adonner à quelques vengeances puisque telle était leur cause.

-Un jour, camouflés tant que faire se peut à trois dans un buisson, Marmott, Ozyris et Findolin scrutaient un très gros Orc qui bousculait et maltraitait un petit être innocent. Il le projetait contre un bloc de pierre et le laissait rouler aux pieds de ses amis qui en profitaient pour le rouer de coups.

Marmott qui avait deux brindilles feuillues de chêne derrière chaque oreille ainsi que du noir de charbon appliqué soigneusement sur tout le visage en guise de camouflage chuchota à l’oreille d’Ozyris :
«On ne peut pas les laisser faire… Mais il m’a l’air bien costaud cet Orc et les autres sont des sournois...»

Ozyris se retourna vers son chef et se prit une des deux branches dans le coin de l’œil. L’espèce de juron qu’il essayait de retenir s’apparentait à «rothfairdôm» et résonna à cent lieux à la ronde.

Findolin, esclaffé, tentait d’entamer un chant dont il avait le secret pour distraire l’Orc qui faisait route vers eux mais n’y arrivait pas tant le rire lui coupait le souffle.
Rire qui s’arrêta net lorsque la main du vilain orc gluant l’attrapa au cou et serra de plus en plus fort.
« Gloups… Lâche moi…heu,heu… Sale bestio… gloups »

Tandis qu’Ozyris, l’œil droit fermé et ne percevant plus bien la perspective et donc les distances, frappait l’agresseur au bras afin qu’il laisse son ami respirer, la patte grosse et lourde de l’Orc écrasait la tête de Marmott contre un rocher saillant.
Les coups donnés par Ozyris ne semblaient pas déranger celui qui leur prétendit s’appeler Damien.
« Grunk… Moi Damien…Grunk… Moi maaaanger… Gruuuuunk »

Les deux autres charognards tentant de ceinturer Ozyris se firent projetés au sol mais revenaient chaque fois à la charge.

Les trois amis ne faisaient pas le poids. En peu de temps Marmott et Findolin lâchèrent prise et s’évanouirent. Ozyris seul résista mais tomba sous les coups de Damien.

-Heureusement, Findolin avait fait une copie de son travail de recueil d’informations à l’attention de chacun. Tous avaient reçu un parchemin représentant une carte du monde connu ainsi qu’un point de ralliement en cas de problème.

L’organisation des Avatars leur permit de se retrouver assez vite aux lieux de rendez-vous. Marmott et Ozyris rejoignèrent l'emplacement à proximité des mines, le restant du clan se rendant à la chênaie afin d'y établir un poste avancé où l'on pouvait profiter d'un point d'eau et d'énormes quantités de bois.

-La première construction vit le jour en même temps qu’une bande de brigands rôdant dans les parages et nommée « Brigade anti-Blondes ». Ceux-ci persécutaient les voyageurs de passage ainsi que les Avatars qui commençaient à s’adonner à leurs métiers.
Un terrible chantage débuta.
-Nombreux, puissants et bien organisés, les Brigands encerclèrent les quelques bâtiments du village et leurs occupants.

« Quittez les lieux et nous vous laisserons la vie ! » Cria le chef des BaB.

Après un bref conciliabule les Avatars étaient tous d’accord et bien décidés à se battre. Leur chef en chemin, Findolin, le Bras Droit avait pris les choses en main.
Findolin, dont la voix n’avait jamais été aussi ferme :

« Nous ne cèderons pas à votre chantage et défendrons nos terres jusqu'à la mort s’il le faut ! »

Fidèles à leurs principes et la tête haute, les Avatars de Vengeance se défendirent vaillamment et repoussèrent un temps les assauts. Mais leur infériorité numérique ainsi que leur moindre expérience de la guerre allait inévitablement les desservir. Marmott et Ozyris n'eurent pas le temps d'arriver que les BaB vaient déjà pris possession des lieux.

Les quelques rescapés de cette bataille durent se résoudre à quitter le bêtiment pour rejoindre le second point de ralliement.
Là, ils fonderaient un nouveau village, se développeraient, s’entraîneraient afin, d’un jour, pouvoir se venger des maudits BaB qui allaient être dès cet instant et pour très longtemps leurs ennemis jurés.

-C’est une sombre page de l’histoire des Avatars.
C’était non seulement une première défaite cuisante des Héros Vengeurs mais, de plus, chacun se retrouvait à nouveau seul et perdu sur cet immense territoire.

Mais l’espoir allait vite revenir…
Au bas de chaque parchemin dessiné par Findolin siégeait une phrase qui emplit les cœurs Avatars d’un réconfort évident.
Il y était inscrit ceci :

« N’oubliez pas frères et sœurs Avatars, La force du clan, c’est le loup et la force du loup, c’est le clan. Ensemble, nous vaincrons !»


Dernière édition par le Mar 18 Juil - 11:56, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 17 Juil - 12:25

Arrow Chapitre III : La guerre

-De nombreux clans voyaient le jour sur les terres de Lexode.
Parmi eux, on en voyait plus axés sur le commerce et d’autres sans foi ni loi pillaient et tuaient sans vergogne tout ceux qui croisaient leur route.
Les Avatars ; Les Maîtres Artisans dont un certain Kraak le Grand était le chef ; Les Maux Croisés menés par Kid ; Les Gens du Broyage ; Un clan nommé Mountyhall crée par bl@ckX9; La Horde ; et bien sur les BaB, tous commençaient à fonder leur propre village tout en recrutant de nouveaux membres en vue du terrible conflit qui s’annonçait.

-Firelabar, jeune Nain solitaire, se baladait à la recherche de gibier à chasser.
Souvent agressé mais sortant fréquemment vainqueur du duel, il devait, cette fois, faire face à trois adversaires et commençait à sentir le roussi.

« Vous n’avez pas honte, à trois contre un… » Dit-il en encaissant une attaque sournoise qui avait rarement si bien porté son nom.

C’est alors qu’arriva un Nain très costaud et bien armé. Alors que Firelabar voyait la fin arriver, le dénommé Gorakiki s’interposa et prit un coup de marteau en plein bouclier.
« Ecartes-toi, j’vais m’occuper d’eux »

Firelabar fit un pas de côté et regarda deux de trois lâches agoniser sur le sol tandis que le dernier prenait ses jambes à son cou.
Ravi de l’intervention de Gorakiki, il le remercia vivement et tout deux décidèrent de faire un bout de chemin ensemble.

-Des alliances se créaient. D’abord commerciales, elle se transformaient vite en pacte de défense tellement les assauts se faisaient fréquents. Ainsi, les Avatars de Vengeance trouvèrent dans le clan des Maîtres Artisans et des Maux Croisés des alliés efficaces.

Mais la guerre battait son plein. Les BaB menaient régulièrement des raids contre les places fortes des divers clans, ils ne formaient aucune alliance, avaient un seul dessein, tuer… tuer encore et toujours plus… toujours plus…

-Gorakiki expliquait en chemin à Firelabar comment lire une carte et y repérer les petits points dessinés par Findolin qui servaient à reconnaître une mine de fer, une carrière de pierre ou un point d’eau.
« Tu vois, là, en bleu, c’est un lac, et ça, une mine de fer… Tiens, prends la carte et guides nous. Nous sommes ici et devons aller là. »

Firelabar, fier comme un paon de l’importance de la tâche qui lui avait été attribuée prit les choses en main et ouvrit la route.
« Pas de problèmes, j’ai tout pigé, tu vas voir, je vais t’épater… »

Choisi parmi les Avatars pour partir en repérage du fait de sa belle constitution et de sa bravoure, Gorak, comme ses amis l’appellent, avait mis à profit sa transhumance pour recruter, lui aussi, de « p’tit gars motivés » pour adhérer au clan. C’est ainsi que Firelabar, conquis, était impatient d’arriver au village pour rencontrer le chef et ainsi postuler chez les Avatars de Vengeance.

-Le village était en pleine activité. Ozyris constituait un groupe de renfort pour porter secours aux Maîtres Artisans attaqués par les BaB mais aussi bientôt par les GdB et les MH.
Mais il ne fallait pas déforcer les défenses du village. Tout le monde y fut alors appelé pour un rassemblement et l’organisation débuta. Une partie du groupe de renfort déjà prête partit au front menée par Ozyris. Le restant de l’escouade se ravitaillait ou s’équipait en vue du dur combat qu’ils auraient à mener.
Une calme incroyable et presque inquiétant régnait au village des Avatars.
Les artisans continuaient leur dur labeur et les voyageurs continuaient à arriver pour acheter quelques armes à la Forge de Xarcan où profiter des bienfaits des plantes cueillies par Aspirine.

Klonk…Klonk…
« C’est nous les Forgerons-on-on… »
Klonk, Klonk…

Marmott, resté au village pour gérer les affaires du clan qui demandaient son attention, leva la tête à l’attention de Findolin qui lui faisait face, attablé au petit bureau de bois brut à l’entrée du refuge.
« Bon, le groupe est parti. Ils devraient être là d’ici quelques jours. Ceux qui restent pour défendre les village… mmm… mouais…. »

Griffonnant sur une peau d’ours tannée par ses soins, le chef des Avatars, aidé de son bras droit et de ses fidèles lieutenants, tenait un inventaire complet des biens et ressources tant matérielles qu’animale sur lesquelles la clan pouvait compter.

« Mais que fait Gorak ? Ca fait déjà longtemps qu’il devrait être là ! J’espère qu’il ne lui est rien arrivé. On aurait bien besoin d’un équipier de POIDS pour protéger le village.»
Sans le vouloir, Findolin avait insisté sur le mot « poids »…
Marmott avait éclaté de rire et Findolin suivit.

Malgré le silence et la quiétude, le climat était lourd. On parlait déjà de beaucoup de pertes au front dans chacun des camps. Cela n’empêchait pas d’entendre des rires provenir du refuge des Avatars et de voir des visages souriants en sortir…

-La carte toujours en main et se repérant aux étoiles, Firelabar menait toujours la marche devant Gorakiki. Un peu moins fier et un peu plus perdu que quelques heures auparavant, il lui semblait tourner en rond depuis un certain temps déjà.

« Hum, heu, Gorak, c’est pas le rocher qu’on a vu toute à l’heure ?? »

Le sourire au lèvres et fort amusé de voir son élève retourner la carte dans tous les sens, Gorakiki n’en oubliait pas moins le danger.
Il leva la main en signe de silence et tout deux s’arrêtèrent immédiatement de bouger et de parler.

« Chht… Baisse toi, je crois que j’ai vu… Non, pas si près du village, c’est pas possible, pas déjà. »

McGregor, membre important des BaB et une petite escouade constituée de Damien, MergueZ ainsi que quelques d’autres inconnus se tenait là, à quelques mètres autour du feu d’un camp qui devait sûrement servir de point de ralliement avant un assaut du village des Avatars.
Trop loin pour appeler à l’aide les membres du village et trop près de leurs adversaires pour passer inaperçu, Gorak et Fire décidèrent de charger.
Un premier ennemi toucha le sol, un deuxième le suivit dès la venue de Safre qui ayant vu l’escarmouche prévint le village et arriva.
Le troisième à plier sous les coups fut Gorakiki.

Entre-temps, Kaldar et Artimus Gordon se mêlèrent à la bagarre et firent pencher la balance du côté Avatars même si de nouveaux combattants arrivaient dans chaque camp.

La bataille dura longtemps et on déclara beaucoup de pertes dans chaque camp.
Mais les BaB furent arrêtés là.
Les quelques survivants fuirent à toutes jambes et on réorganisa les défenses à l’intérieur des murs.

C’était un Grand Jour pour le Clan. Ils avaient réussi à repousser les assauts des BaB et de plus, ceux-ci n’étaient pas prêts à revenir à la charge vu la puissance de frappe et l’organisation dont les Avatars avaient fait preuve.

On nettoya un peu le village, on alluma un grand feu et toute la nuit fut animée de chants et de cris de joie.
La cervoise coulait à flot et l’on entendait, mélangés aux divers chants de Xarcan, retentir les râles émis au loin par les BaB fuyards honteux de leur défaite, qui dit-on était la première.

Marmott faisait son discours et levait son verre aux troupes ainsi qu’aux artisans qui, ensemble, ont permis de faire reculer l’envahisseur.
Dès son discours achevé, Xarcan lança un chant improvisé, mais toujours sur le même air :

« C’est nous les Avatars-ar-ar
Et les p’tits Béabé-é-é
Z’ont pris une belle raclé-é-é
Venant de notre part-ar-ar… »


Amusé, tous les membres du clan reprirent en chœur :

« C’est nous les Avatars-ar-ar
Et les p’tits Béabé-é-é
Z’ont pris une belle raclé-é-é
Venant de notre part-ar-ar… »

Et Xarcan continua l’improvisation :

« C’est notre beau village-age-age
Avec not’ grand bastion-on-on
Même les gens du broyage-age-age
Viendront prendre une leçon-on-on »

Toute la nuit, la fête continua. Ils chantèrent, dansèrent et certains roulèrent même sous la table.
Tous étaient heureux de retrouver, pour un temps, le calme et la quiétude.
Mais pour combien de temps ???

-Dans les mines de fer et les carrières de pierre, les Nains s’étaient fait experts de l’extraction en tout genre. Mais la demande était telle qu’ils devaient fermer les yeux sur quelques préceptes que leur avaient enseigné leurs ancêtres…
Notamment celui de ne jamais creuser plus profondément que la couche sableuse située à la profondeur d’environ 2000 coudées de nain. Plus personne ne savait exactement pourquoi, mais depuis la nuit des temps, tout mineur se pliait à ces quelques principes. De plus, cette couche sableuse empêchait la progression… Comme si elle avait un rôle à jouer…

Or, les progrès permirent aux Nains de dépasser cette profondeur.
Des techniques d’étaiement et d’extraction de sable par une vis sans fin, offrirent la possibilité d’aller au-delà.
Etait-ce raisonnable ?
D’étranges missives parvenaient aux centres névralgiques des divers clans de Lexode.
Ceux-ci parlaient de tremblement de terre, de disparition d’équipes entières de mineurs…
Quelque chose se tramait en ces mines !
Il fallait s’en assurer.


Dernière édition par le Jeu 20 Juil - 23:02, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 17 Juil - 12:27

Arrow Chapitre IV : La Grande Menace

-Au petit matin, on pouvait déceler une forte odeur de jambon grillé qui flottait encore dans le village des Avatars. Les braises encore rouges, les verres à moitié plein laissés à même le sol, quelques flaques plus que suspectes et Marmott étalé sous un chêne, le rond et très velu ventre de Valer faisant office d’oreiller n’étaient que plus de preuves de l’ambiance qui y régnait la veille et de l’état dans lequel ont fini certains.

Le réveil fut beaucoup moins agréable. La terre se mit à trembler. Beaucoup croyaient encore tituber suite aux excès de la soirée précédente mais quand un terrible craquement venu des entrailles de Béthahain se fit entendre, le doute n’existait plus… Les vieux sages avaient raison…
Il s’agissait bien là du plus terrible cataclysme encore jamais survenu !

Un long silence suivit.

Marmott se leva, but d’une traite un grand verre de lait caillé et réunit les Avatars.
« Frères et sœurs Avatars, j’ai reçu de la part de nos alliés, les Maîtres Artisans une missive m’informant de l’arrivée imminente en nos terres de créatures démoniaques…
Pour l’instant, nous n’en savons pas plus.
Organisons la défense du village et une riposte éventuelle.
Quoi qu’il en soit, soyez tous sur vos gardes !
Et ne vous éloignez pas trop du village… »


Ozyris se plaça à côté de Marmott pour prendre la parole
« J’envoie un messager avertir les expatriés du danger qui plane. Pendant ce temps, terminez les travaux en cours et refaites-vous une santé, qui sait ce qui nous attend… »
L’ambassadeur des Avatars prit un morceau de charbon et inscrit quelques mots sur une grande feuille de chêne qu’il attacha à la patte d’une poule fine et athlétique que Marmott avait entraînée. Celle-ci, nantie de ses grandes ailes, pouvait parcourir des lieux jusqu'à destination et ce, sans encombres. Tantôt en s’élevant dans les airs pour éviter toute agression, tantôt bondissant et picorant de petits insectes au passage.
Sur le message, un simple signe. Signe bien connu de tous. Ozyris s’était appliqué, malgré les nervures épaisses de la feuille, à dessiner l’emblème des Avatars. Les deux dragons face à face, ce qui, selon la codification préétablie signifiait le rassemblement au village.
Simple mais explicite, il eut son effet et tous se mirent en route.

-Le village semblait si vide. Les artisans s’attelant à achever les commandes à l’intérieur de leurs bâtiments, les mineurs et bûcherons en chemin vers le refuge pour se soigner et se sustenter, les Avatars se retrouvaient alors disséminés aux quatre coins des territoires connus.

Le vent soufflait fort, ce soir là...
La pluie se mit à tomber et très vite, les cieux se mirent à gronder. La lumière qui précédait les détonations était aveuglante. Dans les rues désertes, des torrents de boue happaient tout ce qui avait été oublié à même le sol.
Les Avatars réunis, au chaud, dans le refuge regardaient la pluie tomber depuis plus d’une heure. Les chevaux dans l’étable mitoyenne hennissaient et se lançaient dans de terribles ruades. Les mords de l’un de ceux-ci se rompirent et lui permirent de se dégager de ses cordages. Après avoir bondi par-dessus la barrière, il se mit à galoper frénétiquement en s’éloignant peu à peu.

S’aventurant au dehors pour tenter de raisonner l’animal, Marmott, Ozyris, King Devil, Beuz et Firelabar s’éloignaient eux aussi de la bâtisse. A peine dehors et déjà mouillés jusqu’aux os, ils ne distinguaient que des formes et éprouvaient de terribles difficultés à se faire comprendre tellement le claquement des gouttes d’eau sur les tuiles des bâtiments puis sur le sol était puissant.

« Formons deux groupes, King, Beuz et moi-même partons au sud, Marmott et Ozyris au Nord… » Proposa Firelabar.
Et les deux groupes partirent à la recherche du canasson chacun de son côté.

Au Sud, le groupe de trois mené par Firelabar s’arrêta à la vue d’une silhouette qui, pensaient-ils, était à coup sur celle de Marmott, l’elfe, ayant retrouvé son cheval et l’ayant monté afin de le ramener au village.
L’obscurité faisait qu’en s’approchant, aucun d’eux ne se méfia de la sombre cape que Marmott arborait.

Beuz lança même amusé :
« Hé, z’avez vu, le chef fait encore le guignol… c’te fois, il s’est déguisé…. N’empêche, il a bien fait ça ! »

Puis un éclair apporta la fraction de seconde de clarté suffisante à Firelabar pour s’apercevoir qu’ils se trompaient. Il s’agissait bien d’un elfe sur un cheval. Mais ce cheval noir n’était pas celui de Marmott et l’elfe le chevauchant n’était pas plus leur chef…

Comme leur vis-à-vis était passé du trot au galop, chacun des trois acolytes mit la main sur son arme et très vite le combat débuta. A trois contre un l’issue combat semblait évidente. Surtout contre un elfe.
Quelques coups furent portés et l’elfe semblait indemne. De l’autre côté, le sang coulait et la douleur était vive. Et le combat continua de plus belle…
L’armure de l’adversaire était impressionnante. Elle semblait à la fois souple comme une deuxième peau et plus robuste que n’importe quel métal connu alors.
Ses coups faisaient mal, mais les trois Avatars n’écoutant que leur courage se ruèrent une troisième fois à l’assaut. Beuz fut le premier à faire les frais des terribles coups de sabre de l’elfe noir. Heureusement Safre, ayant vu la scène, se porta au secours du petit groupe. Cela permit de prendre nettement le dessus.

-Au nord, Marmott et Ozyris furent aussi surpris par la présence de deux étrangers. L’un immense et costaud sur son cheval et l’autre, petit et trapu à pied.
Assurés de l’hostilité des arrivant suite à une magie de feu étonnante que le petit elfe sombre lança sur Ozyris, ils ripostèrent.
Ozyris, n’écoutant que son courage frappa celui qui, des deux, paraissait le plus fort.
Marmott s’occupa de l’autre.

-Partout, ceux qu’on nommait à juste titre les Elfes Noirs semaient la terreur et la destruction.
Tous essayaient d’oublier d’anciennes rancunes pour combattre la menace main dans la main… Ainsi, on vit Artimus et Skynet s’unir pour faire plier une horde de cavaliers elfes…
Beaucoup suivirent cet exemple et certains pactes de non agression furent rédigés.

Une coalition vit le jour. Beaucoup étaient désireux de se réunir afin d’avoir une chance contre ces vagues consécutives d’attaques. Mais l’organisation était difficile… Les petits groupes qui se formaient dans chaque village de chaque clan avaient du mal à rejoindre le point de rendez-vous fixé sans se faire décimer en chemin. Parfois, un seul coup d’un des elfes suffisait à tuer les plus jeunes d’entre eux.

-Un jour, un voyageur agonisant arriva au village et raconta avoir vu un Elfe Noir géant plus au Nord. Il le décrit consciencieusement avant de rendre son dernier souffle.
L’histoire n’en dit pas plus sur cet étranger.

Les faits étaient là, les agresseurs avaient un « Chef ». Il fallait le trouver, et l’éliminer. C’était, pensait-on, la seule solution.
La coalition en partie réunie fit route vers le Nord à la recherche de celui qui portait le nom de Azhel Do’Leir. La témérité des combattants était belle à voir. Ils voyaient leurs amis périr dans d’atroces souffrances et risquaient leur vie pour une noble cause : la survie de tous.

Malheureusement la communication interne faisait défaut au sein des clans en ces temps durs. Les messagers étaient interceptés et embrochés, même la fameuse poule voyageuse de Marmott servit de repas à l’un des diaboliques elfes.

Certains charognards continuaient à achever les êtres agonisants sans vergogne. Et les querelles reprirent de plus belle.

-Du côté du village des Avatars, le combat faisait rage. Firelabar faisait appel à tous les voyageurs pour leur demander un coup de main. Séduits par l’organisation qui régnait au sein du « groupe de défense du refuge » beaucoup acceptèrent de collaborer. Il organisa la défense de main de maître, bien aidé par la structure du village qui leur permettait de s’abriter derrière les bâtiments et de faire tourner les adversaires en bourrique.

Ainsi, avec l’aide de Kazinck, Warrior, Bozo, Dick et Mixerman le groupe s’était débarrassé d’un fameux paquet d’Elfes Noirs avant d’enfin prendre la route vers le lieu de rendez-vous de la coalition.
Très vite averti que Kid, le chef des Maux Croisés, avait mis la main sur Azhel, ils firent route vers le front.
Jamais le groupe n’arriva à destination. Le groupe mené par Kid vint à bout du chef Elfe…

Mais ce n’eut pas l’effet escompté.
Le sol trembla et un terrible grondement se fit entendre. Les lacs se transformèrent en vapeur instantanément, la mer se mit à bouillir… La lave jaillit des fissures provoquées par les secousses…La chaleur était intenable….
De toute évidence, c’en était fini de Bétahain !


Dernière édition par le Mer 23 Aoû - 13:29, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 17 Juil - 14:06

Arrow Chapitre V : Renouveau

-Marmott se réveilla peu à peu…
Encore sonné, il avançait à tâtons tellement il faisait sombre…
Sa gorge était sèche, si sèche…

Il se releva, il regarda le ciel et cria bien fort :
« Rien ni personne ne séparera les Avatars de Vengeance. Tous unis par ce désir d’essayer de contribuer à rendre ce monde meilleur.
Et si cela doit passer par la vengeance nous nous y attèlerons ! »

Un peu partout les mêmes scènes de désolation. Des êtres mal en point essayant de se relever.
A certains endroits, comme des amas de corps inanimés. Les charognards, ceux qui déjà dans l’ancien monde se faisaient vulgairement appeler Péhkâs, déjà bien occupés poursuivre même frapper de pauvres victimes commençaient à pulluler.

-Firelabar reconnut la silhouette de Xarcan étendu au sol et ayant du mal à se redresser.
Il s’approcha de lui en butant sur l’un ou l’autre membre des divers corps jonchant le sol.
« Xarcan, Xarcan, ça va ?? »

Xarcan secoua la tête et retrouva petit à petit ses esprits.
« Mwouuuais, ça peut aller. Qu’est-ce qui s’est passé ?»

Firelabar aidant Xarcan à se relever
« Je sais vraiment pas, j’ai l’impression qu’on a tous perdu connaissance mais je me souviens pas… Puis, on est où ??? Et où sont les autres ??? »

A peine debout, Xarcan recevait déjà un projectile pointu au niveau de l’omoplate.
En se retournant, il fut fort surpris de voir qu’il faisait face à deux adversaires bien décidés à en découdre.
« Mais qu’est-ce qui vous prends ? On vous a rien fait bon sang… Mais si vous le prenez comme ça ! »

Il frappa alors du poing l’un des deux vis-à-vis mais ne pu esquiver le coup du second.
Il s’écroula alors au sol et Firelabar bondit sur les deux agresseurs.

Blackhawk interpellé par le bruit issu du petit bosquet à quelques pas de lui, il fit route vers celui-ci. Très vite, il vit qu’il s’agissait de ses amis qui étaient aux prises avec deux bandits.
Ayant vu qu’il était trop tard pour Xarcan, il se mêla à la bagarre et permit de venger le Forgeron Avatar.

-Marmott de son côté, lassé par le comportement des êtres dits « dotés d’intellect » se réfugia dans une plaine verdoyante et se camoufla comme il en avait le secret.
De l’herbe plein les oreilles, de la bouse de vache séchée sur toutes les parties nues de son corps et des peaux de mue de reptiles en tout genres épinglées sur ses vêtements, il était sur, certain même qu’ainsi personne ne le trouverait.
C’était sans compter les chevaux qui, sortis des fourrés, s’approchèrent intrigués par l’étrange reptile poilu à l’odeur désagréable qui semblait dormir dans leur pré.

-Alors que de puissants monstres faisaient leur apparition sur les terres de ce monde que d’aucuns s’accordaient déjà à nommer Béthâdeu, les Avatars tentaient de se réunir. Se référant à leur instinct, il se dirigeaient vers l’endroit qui leur paraissant le plus adapté à un rendez-vous et y attendaient les leurs. Certains n’avaient que peu de route à faire. Maya fut la première arrivée à destination et Azaghal suivit. En attendant les autres, ils durent faire face à un énorme cyclope, tandis que Firelabar et Blackhawk en chemin se frottaient à un étrange Feu Follet.
King Devil, plus chanceux, trouva sur sa route quatre Hobgobelin dont il n’allait faire qu’une bouchée.

-Le chef des Avatars réveillé par la langue râpeuse de l’équidé fut surpris d’être entouré par une dizaine de canassons à l’air intéressés…
Il fredonna quelques notes d’un chant elfique ce qui eut pour effet d’apaiser les chevaux qui se rassemblèrent les uns contre les autres et ouvrèrent donc le passage à Marmott.
Quelques notes de plus et certains donnaient l’impression de s’endormir…
C’est alors que l’elfe s’aperçut de l’emprise qu’il pouvait avoir sur les animaux.
Il les scruta tous de haut en bas et s’approcha du plus beau d’entre eux. Un cheval majestueux, sans nul doute, un pur sang. Ses longues oreilles pointues pouvaient rivaliser avec celles de l’elfe. C’était à coup sur une monture de chef !

Il pencha la tête à la hauteur de l’oreille du cheval il lui glissa quelques mots. L’animal obéit et fléchit les membres avant puis les membres arrière et permit ainsi à Marmott de le chevaucher.
Marmott s’était découvert un don et ça lui plaisait beaucoup, il pouvait comprendre et se faire comprendre des chevaux, mais qu’en était-il des autres animaux ?

-Le clan des Avatar retrouvait peu à peu son éclat d’antan. Les membres se regroupaient et commençaient la récolte de matières premières en vue de l’établissement de leur nouveau village. Leur chef dressait des chevaux à l’attention de ses sujets. Très vite, un refuge fut érigé. C’était le nouveau point de rendez-vous, le nouveau Point de Départ !

Revenant au goutte à goutte vers leur chef, les Avatars se réunissaient dans leur refuge (que certains auraient pu confondre avec un auberge tellement on y riait, on y chantait et on y buvait) :

-Xarcan ayant troqué temporairement sa grosse masse pour un crayon et un calepin :
« Et les gars, qu’est-c’que vous pensez si j’ajoute :
Si vous avez de l’or-o-or
J’peux vous faire des bijoux-ou-ou
Vous serez bien plus fort-o-or
Contre les jets d’cailloux-ou-ou »


-Maya l’oreiller sur la tête se retournant sans cesse dans sa couche :
« Firelabar, King, Kaldar… Les gars, pouvez le faire taire. J’voudrais dormir !! »

-Firelabar s’essuyant le front à force de courir à droite à gauche les chopes à la main :
« J’peux pas, j’suis au Bar ce soir, j’ai trop de boulot. »
Distrait par ce bref échange il ne vit pas que King Devil se levait pour attraper Xarcan et lui rentra dedans de plein fouet. Tous deux à terre les vêtements maculés de cervoise, ils se mirent à rire en même temps que tous les Avatars présents.

Si un soir, en passant, tu entends des rires, des chants et que ça sent la bonne humeur, c’est que tu n’es pas loin de notre refuge…
N’hésite pas à frapper à la porte, c’est toujours ouvert aux gens aux bonnes intentions.
Qui sait, si tu es valeureux honnête et droit, on a p’tet une p’tite place pour toi Wink


Dernière édition par le Sam 2 Sep - 12:38, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 17 Juil - 14:20

Arrow Chapitre VI : Avataria

-Le village commençait à fourmiller d’une manière très intense. Les mineurs ramenaient au refuge des monceaux de pierre et de fer. Les bûcherons n’étaient pas en reste, plus aucun arbre à l’horizon, ils devaient s’aventurer loin au-delà de leurs frontières pour trouver du bois.
Fréquemment, de petits groupes constitués de deux ou trois Avatars s’éloignait afin d’aller collecter les précieuses matières premières en toute sécurité.
Lorsqu’un de ceux-ci était attaqué, un autre venait immédiatement à son secours, puis un autre, puis un autre… Jusqu'à ce que l’ennemi prenne la fuite ou périsse sous les coups justiciers des Avatars.
Beaucoup comprirent la leçon et décidèrent de ne plus se frotter à ce puissant clan bien organisé.

-Firelabar, sur une échelle qui pliait sous son poids s’attelait à imbriquer une grosse poutre de bois sur un pilier porteur. Déjà pas très à l’aise en altitude, le poids du nain ne l’aidait pas à être très productif là haut. A l’aide de sa masse volumineuse, il frappait sans cesse cette maudite poutre qui refusait de s’empiler parfaitement.

Paf, Paf, Paf…
« Nom de nom, tu vas rentrer saloperie de poutrelle… »
Paf, Paf, Paf…
« Je suis pourtant sur d’avoir foré ce trou à la bonne dimension »
Paf, Paf, Paf…

Marmott au bas de l’échelle et assez amusé de voir Firelabar s’évertuer et transpirer n’eut que le temps de prendre son souffle pour avertir Xarcan qui revenait de la mine et voulait voir l’avancement des travaux de la forge.
Le gros marteau glissa des mains de Firelabar, heurta un échelon en le déformant considérablement et tomba aux pieds de Xarcan après avoir effleuré l’épaule de celui-ci.
Alors que Marmott se gaussait de l’évènement ainsi que de l’attitude à la fois amusée et effrayée de Xarcan, celui-ci se baissait pour ramasser l’outil de Firelabar en lui tenant ces mots.

« Ca va pas la tête ??? T’aurais pu me tuer ! Fait un peu gaffe à ce que tu fais !
Tiens, ton marteau, et fais plus attention, hein»


Un peu jaloux de la taille du marteau de Firelabar, Xarcan avait soigneusement échangé l’outil avec l’un des siens attaché à sa ceinture.
Ce n’est qu’après deux trois coups que Firelabar se rendit compte de la supercherie.
Xarcan s’en allait déjà en ricanant lorsqu’une des tuiles empilées au pied de la bâtisse lui arriva en plein occiput. Elle se brisa et vola en éclat.
Ce fut l’un des plus petits maillets qui servit de projectile à Xarcan pour riposter.
King et Ozyris ayant tout deux attrapé un morceau de tôle qu'ils utilisaient comme bouclier se mêlait à la bagarre. Même Marmott, leur chef, balançait, caché derrière un mur, des poignées de mortier frais.

« On fait deux équipes ? » Proposa Kaldar qui venait d’arriver.

« Oui, mais qui contre qui ??? » Lança Ozyris…

« Ben, tous sur le chef… » Crièrent-ils tous en chœur.

Marmott avait déjà pris ses jambes à son cou, il s’attendait à un coup pareil.
Courant et haletant, il essayait de convaincre les assaillants :

«Ho, pff… les gars, pff… z’êtes lourds, pff… c’est chaque fois pour ma tronche, pff… »

Les autres se marrant et voyant Marmott s’éloigner ralentirent les jets de cailloux, bouteilles et objets en tout genres.

-Dans sa course effrénée, le chef des Avatars n’aperçut que très tard l’Halfelin tapis dans l’ombre qui regardait la scène depuis le début avec un œil amusé.
Alors que les autres avaient déjà troqués leurs projectiles pour une bonne pinte, Marmott s’approcha de l’inconnu.

« Salut, moi c’est Marmott, chef des Avatars de Vengeance et, comme tu peux le voir, je suis un chef craint et respecté. »

L’halfelin sortit de l’ombre et tendit la main.

« Bien le bonjour, on m’appelle qky. Ca a l’air sympa chez vous. Je m’y arrêterais bien un petit temps pour me reposer et m’y repaître. »

Marmott s’écarta de la route et tendit le bras en direction du refuge.

« Si tu veux dormir un peu, nous t’accueillerons volontiers dans notre refuge. Mais viens donc boire un verre avec nous, je te présenterai mes compagnons. »

Très vite, le mystérieux qky fut séduit par l’ambiance et l’organisation qui régnaient chez les Avatars. Ayant les même idéaux, il fut très vite intégré parmi eux.
Si bien qu’ils décidèrent de bâtir un laboratoire pour celui-ci. Dès qu’ils auraient acquis les matières premières suffisantes, tous s’y emploieraient.


Dernière édition par le Ven 15 Sep - 9:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 17 Juil - 14:21

Arrow Chapitre VII : Nouveaux venus

-De nombreux voyageurs avaient entendu parler d’un village dont les bâtiments poussaient comme des champignons. Certains d’entre eux même, intrigués, faisaient la route pour s’y rendre.

Un soir, alors qu’il mettait la dernière couche d’enduit contre la rouille sur toutes les ferronneries de la Forge presque achevée, Firelabar fut appelé à l’aide par un nain agonisant qui, attiré par les lumières, avait fait chemin vers le village.

« Salut étranger, je suis bien mal en point, m’aiderais-tu à me retaper et à me défendre contre les divers agresseurs dont j’ai subi les assauts ? »

Bien que faisant partie d’un clan qui n’inspirait que peu de confiance à Firelabar, il était bien décidé à ne laisser personne périr au beau milieu du village sans aide de sa part.

« Salut à toi, nain voyageur, quel est ton nom et quelles sont tes intentions en venant chez nous. Tu sais que les –Evite nous ou Meurs- ont des principes qui ne sont pas en accord avec les nôtres. Je suis prêt à te soigner mais je veux d’abord m’assurer de tes intentions. »

Le nain s’approcha en boitillant.
« Mon nom est Akfar et je suis dénué de toute mauvaise intention. Merci pour ton aide »

Convaincu par les dirs d’Akfar, Firelabar appela ses amis pour venir en aide à celui qui ne serait plus un étranger très longtemps. Ceux-ci, les plus proches du moins, arrêtèrent leur labeur en cours pour porter soin au blessé et dissuader tout agresseur de l’achever.
Les agresseurs furent chassés, les réticents tués et Akfar soigné.
Il était dit qu’aucun crime ne serait commis sur les terres des Avatars impunément.
Ravi par l’efficacité et la fidélité à leurs principes des Avatars, il rallia le clan. Pour lui, les -Evite nous- seraient bientôt plus qu’un souvenir.

-Plus le village grandissait, plus il attirait de monde. Ils arrivaient par l’Est, le Sud et le Nord.
Les palissades poussaient comme des champignons et les panneaux avertissant les visiteurs de leur entrée en territoire Avatar voyaient le jour aux diverses entrées du Village.

Les plans étaient clairs et bien réfléchis. Le village s’étendait maintenant jusqu’au lac. Le long des murailles Sud, Kaldar avait commencé quelques plantations qui empêchaient les voleurs de bondir par-dessus celles-ci. Chacun commençait à trouver sa place dans cette grande organisation.

Malgré tous les efforts fournis pour mettre en garde les agresseurs et les brigands, certains arrivaient encore à se frayer un passage incognito jusqu’au village pour effectuer leur larsen.
D’autres, plus polis, demandaient l’accès aux bâtiments afin de profiter de leurs bienfaits et se voyaient chaleureusement accueillis, soignés et retapés pour poursuivre leur route. Quelques uns ayant l’air volontaires se voyaient même recrutés par les Avatars, nombre d’entre eux répondaient par l’affirmative et rejoignaient le Clan.
Ainsi, Gargak, Groûmphhh et Shaliman intégrèrent les rangs Avatars et participèrent pleinement à l’essor du village.

Marmott murmurait encore à l’oreille des chevaux, Firelabar frappait toujours du marteau, Akfar et King découpaient soigneusement la montagne en petits morceaux, Roc arrivait les mains chargées de cadeaux, Kaldar semait à tout vent des graines de lumbo et Ozyris soignait les amis et alliés blessés avec brio.

Le soir, les occupants du village investissaient le refuge tandis que les expatriés se réunissaient autour d’un feu et chantaient, chantaient encore… L’ambiance était bonne…
Le calme régnait et la nuit allait être bonne. Une douce brise caressait les deux mineurs assis sur un rondin non loin du cours d’eau dans lequel reposaient encore deux bouteilles pleines de cervoise, breuvage bien mérité après cette journée torride de dur labeur.

-King Devil, les bottes ôtées, les talons plongés dans le ruisseau et les doigts de pieds en éventail qui dépassaient tels dix périscopes se lassait de cette tâche quotidienne.
« Aaaah, miner, toujours miner… Hé vas-y que je taille, puis vas-y que j’extraie, et on peut encore se taper le trajet jusqu’au village chargés comme des mulets ! Dis, Akfar, si on rentrait demain matin… On serait là pour le banquet du soir, on pourrait manger à notre faim et on pourrait dormir confortablement… »

Tandis qu’il se penchait en avant pour attraper une des bouteilles, Akfar renversa l’autre qui heurta un galet qui dépassait et se brisa en laissant échapper tout le liquide dans l’eau.
Au lieu de pester, il rigola en tendant la bouteille indemne à son voisin.
« Bon, ben voilà, la question est réglée… Y’a plus rien à boire pour demain… On rentre !! Tiens, bois un coup à not’ retour à Avataria.»

King rigola à son tour et frappa avec le cul de la bouteille sur le casque abîmé d’Akfar.
« Puis, le grand tournoi va bientôt débuter, faudrait que tu passes à la forge pour faire réparer ton équipement, il est plus tout neuf. »

Akfar pris son casque dans une main, la cervoise dans l’autre et versa un peu de liquide au fond du casque. Il ne fallut que peu de temps avant que celui-ci ne soit vide. Amusé par la fontaine improvisée, il recommença… Il pencha la bouteille au dessus du casque et le leva au dessus de la tête en essayant de boucher les trous à l’aide des doigts pour ne laisser jaillir la cervoise que par deux orifices donnant directement dans sa bouche.
L’opération était difficile et il faillit s’étouffer… Il toussa deux fois, se racla la gorge et cracha au loin.
« Hum, huuuum… T’as raison, j’avais presque oublié le tournoi…. Il est grand temps qu je prenne des forces. Allez, bonne nuit. »

King prit la bouteille et fit tournoyer le liquide à l’intérieur
« Dors bien. »

La nuit tombait peu à peu sur le campement des deux nains Avatars et le ton des discussions se faisait de plus en plus faible. Akfar fut le premier à sombrer dans un sommeil profond… Les bras de Morphée n’attendaient plus que King qui, après une dernière rasade de cervoise, tira la couverture jusqu'aux épaules et poussa un gros soupir avant de s’endormir.
Le ciel était beau et étoilé. La température était idéale et le silence n’était perturbé que par la respiration ainsi que quelques petits sons émis les deux dormeurs.

Alors que King rêvait d’un énorme jambon grillé accompagné de quelques volailles farcies à la mousse de Kanaar sur un lit de Topinambours, Akfar, lui, se voyait affronter les plus puissants guerriers dans une arène vibrante, encouragé par des centaines de spectateurs criant son nom « Akfar !!! Akfar !!! ».

Un grand sourire ornait le visage de chacun d’eux.


Dernière édition par le Sam 23 Sep - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Dim 30 Juil - 1:19

Chapitre VIII : Un festin bien mérité

-A Avataria, le ton était donné. Quatre membres du clan allaient porter fièrement les couleurs des Avatars en combattant au Tournoi. Xarcan, Akfar, Qky et Gargak étaient bien décidés à hisser haut la bannière des Avatars de Vengeance. Tous les quatre étaient en chemin vers le village pour s’y équiper et y déposer les matières collectées.
De belles armures les attendaient, Kaldar avait fait l’acquisition de la Forge et s’attelait à faire reluire toutes les pièces d’équipement en sa possession le temps que ses champs poussent.
Groûmphhh veillait au grain sur les plantations, il étudiait chaque semence, chaque espèce, les types de sol, les rythmes de croissance…
Roc continuait à éradiquer toutes les races de poules et de cochons traînant aux abords du village alimentant ainsi les habitants en volailles et jambons à volonté.
Firelabar se faisant un plaisir d’entamer la cloison est du village qui prenait sa forme finale. Il sortait ses plus beaux ciseaux à bois et gravait de nombreux panneaux à l’attention des voyageurs.
Un grand festin se préparait en l’honneur des participants au Tournoi.
Ils devaient bien se nourrir, s’abreuver et se reposer avant le premier combat.

-Akfar secoua King qui peinait à se réveiller.
« Hé, King, il est temps d’y aller si on veut pas rater le repas ! »

Au son du mot « repas », un œil de King s’ouvrit. Très vite, les synapses se mirent en action et le nain affamé se leva d’un bond et enfila tout son équipement en deux temps trois mouvements. A peine Akfar eut-il achevé sa phrase que King lui faisait face, frais comme un Gardon et chargé plus qu’une mule.
« Alors, on y va ??? T’es prêt ??? »

Le temps de s’abaisser pour ramasser son fardeau, Akfar avait déjà quelques longueurs de retard sur King qui s’en allait trottinant et enthousiaste en pensant à tous les mets succulents qu’il aurait le plaisir de goûter au soir.
Akfar qui pensait de plus en plus à son combat prochain économisait ses forces et laissait King ouvrir la route et prendre encore un peu d’avance.

Alors qu’il attendait patiemment son poursuivant, King se reposait contre un vieux chêne.
Il entendit comme un craquement… Quelques feuilles tombèrent…
Et un gros nain suivit. Celui-ci, dissimulé dans le feuillage de l’arbre attendait le moment propice pour charger King. Mais la branche sur laquelle il s’avançait craqua.
King se retourna mais avait déjà une hache plantée dans l’armure.
Le dénommé Grok préparait une seconde frappe qui fut encaissée difficilement par son adversaire qui, tout étourdi fit un pas en retrait et le prévint.
« Qui es-tu ? Que me veux-tu ? Je suis King, Avatar de Vengeance, nous sommes pacifistes mais nous savons nous défendre et nous entraider… Sache que tu prends un gros risque
en t’en prenant à l’un de nous ! »


A la vue de l’agression, Akfar s’empressa de porter secours à King qui, après une autre attaque d’un elfe camouflé cette fois, se retrouvait à genoux, essoufflé et engourdi par le chant de l’elfe fourbe.
Alertés par leurs vigies, les avatars travaillant au village se ruèrent vers la position des deux mineurs. Marmott chevaucha son fidèle destrier et galopa plein sud-est. Très tôt, il croisa la route de King qui agonisait. Il ralentit et se pencha vers lui afin de le soigner mais celui-ci fit un signe de la tête qui semblait être un refus.
« Inutile de perdre du temps ici, continues ta route, Akfar n’est pas loin et aux prises avec deux adversaires. Je rentre au village, Ozyris est tellement doué pour les bandages et plâtres en tout genre. Va donc apprendre à ces opportunistes qu’on ne se frotte pas à un Avatar, même si il est seul… Il a toujours un ami ou un allié dans les environs !! »

Marmott tira sur les rennes de son cheval et les fit claquer sèchement. Sa monture se mit à galoper, hennissant à chaque encouragement de son maître.
« Hoy, Hoy, fonce l’ami, fonce »

-Xarcan qui s’était éloigné pour aller quérir quelques blocs de pierre à la mine revenait péniblement, surchargé vers le refuge. La chaleur l’accablait et le poids de la roche lui faisait traîner les pieds depuis des lieux déjà.
Il avait entendu que quelques uns des leurs se battaient contre deux agresseurs non loin de sa position, mais chargé comme il l’était, il pouvait difficilement prendre part à un combat. De plus, le temps était compté et il avait encore beaucoup à faire avant le tournoi.

Il continua donc sa route vers le village et sentait le divin fumet du rôti de gnoll mélangé au parfum délicat de la soupe de Tinlent. Son estomac se faisait revendicateur. Nourri depuis son départ au Lumbo et au jambon, il était impatient de porter tous ces mets à ses lèvres.

-Firelabar avait déposé ses outils pour courir au secours des Avatars. Suivi de Roc et d’Ozyris, ils illustraient bien l’esprit des Avatars de Vengeance en fonçant à l’aide de leurs amis. Mais l’effort était vain, Marmott avait asséné deux violents coups à Grok, en venant à bout assez facilement. Dissuadé, l’elfe ne se montra plus et Akfar pu revenir au village sans encombres accompagné de la Cavalerie Avatar.

-Enfin arrivé au refuge, Xarcan se délesta de tout ce qui lui était inutile et alla plonger dans la rivière toute proche. L’eau était fraîche et le courant était fort. Mais il était bien trop heureux d’enlever toute cette poussière accumulée lors de l’exercice de son métier que pour se soucier de détails si insignifiants. Lui aussi pensait désormais fermement au combat qui l’opposerait à Ignatius. Il allait se faire propre et revêtir sa plus belle armure, la plus solide aussi…
Il allait gagner, il en était sur.

-Presque tous les Avatars étaient présents autour de la tablée. Firelabar avait découpé un énorme rondin de chêne, qui devait être bien plus que centenaire, pour le poser sur trois gros blocs de pierre. Ceci permettait à une quinzaine de convives de s’attabler pour festoyer.
Il coupa aussi de grosses bûches de deux coudées de nain de hauteur faisaient office de sièges.
Kaldar avait forgé un splendide barbecue posé sur un socle de pierre sculpté par King, déjà remis de ses blessures.
Deux énormes tonneaux de bois profitaient d’un ingénieux système de refroidissement par déviation de l’eau de la rivière mis au point par Ozyris et Marmott. Une sorte d’aqueduc conduisait l’eau froide dans un tuyau métallique qui encerclait le tonneau jusqu’au puit et permettait de faire d’une pierre deux coups en remplissant celui-ci.
Les grillades dorées à point alléchaient tous les invités.
Groûmphhh menait de main de maître l’approvisionnement en viandes cuites à la perfection alors que blackhawk, lui, servait de gargantuesques portions de salades plus folles les unes que les autres…
Qky sortit de sa besace dix petites fioles remplies à ras bord. Il avait concocté, à l’aide d’essences de divers fruits et d’une infime quantité de venin de sa propre production, un breuvage doux et saisissant à la fois. L’ivresse venait d’un coup et était profonde. Chacun voulait s’essayer à cette étrange boisson.
Qky montra l’exemple, décapsula une des fioles et la but d’un trait.
Firelabar suivit très vite et Xarcan en prit directement une de réserve après avoir ingéré la première et trouvé que « c’était pas si fort que ça… »
Qky, qui connaissait très bien les effets secondaires de cette liqueur mit les plus hardis en garde.
« Heu, les gars, je vous préviens, c’est plus fort qu’on ne le croit… Faudrait pas abuser… »

Xarcan dont l’élocution devenait pénible à déchiffrer
« T’inquiiièèèttteeuuu… J’en ai déjà…hips…j’en ai déjà…hips…matté des plus grands que ça moi !!! »

Se retournant vers Firelabar qui entamait sa deuxième petite bouteille.
« Z’aveez vu… hips… l’en boit une … dzeuzème… hips… moi ici… heu,moi assis…hips…heu moi aussi !! »

Et Xarcan enfila une deuxième fiole aussi vite que la première.

La fête était réussie, l’ambiance était bonne…
Les plus sages se couchèrent peu avant l’aube, les autres continuèrent encore longtemps.
Du moins, ceux qui le pouvaient encore.
Gargak préparait sa couche, le soleil était presque au Zénith.
Xarcan ronflait en synchronisation avec Firelabar.
Aucun des deux ne savait qui a gagné leur petite « compétition », ils s’étaient écroulés en même temps, juste après leur « troinsnème » verre…

-Petit à petit, Avataria s’endormit.
Au soir allait débuter le premier Grand Tournoi du monde de Lexode.
Les inscriptions étaient clôturées depuis longtemps. Les participants étaient connus et chacun, sur de son fait, se voyait grand vainqueur tablant tantôt sur sa puissance, tantôt sur sa stratégie. Seize combattants se faisant face dans huit duels éliminatoires. Les règles étaient simples : rester en vie et venir à bout de l’adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Sam 19 Aoû - 17:52

Chapitre IX : Le Grand Tournoi

-Le soir tombait déjà sur Avataria mais les visages déconfits, les voix rauques et la lenteur des gestes laissaient croire à un réveil pénible au petit matin.
Les plus frais se chargeaient de réveiller les endormis, certains avec un peu plus de mal que d’autres…

Ozyris, l’un des premiers couché la veille, se penchait au-dessus de Firelabar dont le souffle puissant et bruyant faisait osciller un coin de la cape de lin qui lui servait de drap :
« Fire… Fiiiiire…. Il est déjà tard… Faudrait que tu te lèves… »

Firelabar, tirant jusqu’aux oreilles le drap de fortune :
« Humph, pas envie… »

Et Ozyris continuait son petit tour des endormis en essayant de les tirer de leur sommeil aussi profond soit-il.

-Qky, qui avait avalé d’une traite une potion vitaminée afin de faire disparaître cette barre qui lui traversait la tête de part en part, s’équipait soigneusement et s’échauffait déjà en répétant des mouvements dignes d’un Kata. La précision de ceux-ci était impressionnante, tantôt lents, tantôt rapides, on pouvait parfaitement imaginer l’ennemi invisible que frappaient ceux-ci.

Ozyris arriva près de lui mais n’osa pas perturber sa gymnastique matinale :
« Hum, hum… »

La concentration de Qky était impressionnante, malgré la présence d’Ozyris à ses côtés et le foulard qui lui bandait les yeux, il continuait la série de gestes consécutifs tout en évitant son ami et décrivant de petits cercles concentriques autour de lui.

Ozyris assez surpris de la non réaction de l’Halfelin et pressé par l’imminence du Tournoi se décida à prendre la parole :
« Heu, Q (c'était le seul diminutif qu'Ozyris avait trouvé), t’as bientôt fini tes claquettes ??? Parce que si t’avais d’autres boissons vitaminées, je pense qu’il y aurait plus d’un preneur ! Ils ont bien fait la fête, hier soir, mais certains en ont presque oublié le Tournoi… »

Dans un geste ample et précis, Qky tournoya sur lui-même, ce qui fit s’élever sa cape tel un chapeau de champignon, saisit quelques fioles attachées à sa ceinture et les lança délicatement en direction d’Ozyris. Puis, sans mot dire, il continua à se tortiller dans tous les sens avec une grâce certaine.

-Gargak, assis sur sa couchette à l’entrée du refuge contemplait son équipement avec un ravissement non dissimulé. Il retournait chaque pièce, scrutait chaque imperfection et passait la paume de la main sur chaque jointure et articulation tel un maître qui caresserait son fidèle canin.

Une fois rassuré quant à l’état et la solidité de son armure, il enfila chaque pièce et mirait son reflet dans la petite vitre de la porte d’entrée. Ozyris, muni des précieuses vitamines et empressé d’amener celle-ci au chevet d’Akfar et Xarcan encore endormis, fit tourner la clenche et poussa la porte…
La poignée de porte métallique entra en contact avec le bas de la cuirasse de Gargak qui ne pu empêcher le choc.
Ozyris n’aperçut même pas l’obstacle rencontré et entra en toute hâte dans le refuge.
Gargak grommelait et pestait tout en frottant le métal. Il savait parfaitement qu’il ne ferait pas disparaître l’horrible griffe qui ornerait désormais sa cuirasse de plaques.
Puis, en rigolant de lui-même, il se dit que dorénavant, son armure porterait « la griffe d’Ozyris ».

-Akfar se levait péniblement raclait le fond de se gorge avant de boire la potion apportée par celui qui de plus en plus avait des allures de mère poule. Le goût sucré et le parfum de rose de la dite potion ouvrit l’appétit du nain qui sauta dans son armure, ramassa son Morgenstern et fila jusqu’au stock de nourriture.

-Personne ne trouvait Xarcan, il était pourtant bien aux côtés de Firelabar la veille.
Presque tous les Avatars étaient debout et la majorité était à sa recherche.
De petits groupes se formaient et s’éloignaient peu à peu, les uns vers la rivière, les autres vers les plaines afin de retrouver le quatrième Avatar participant au Tournoi.

-Chaque combattant se verrait téléporté dans une arène en compagnie de son opposant.
L’échéance se rapprochait et toujours pas de nouvelles de Xarcan.
Qky, Akfar et Gargak se tenaient à l’entrée Est d’Avataria fin prêts et surmotivés.
Chacun à son tour fut pris de tremblements puis de démangeaisons… Les Organisateurs du Tournoi avaient mis les petits plats dans les grands et avaient soigneusement préparé chaque combat et construit chaque arène avec brio. Les participant avaient été informés des sensations étranges que procurerait une téléportation et ne s’étonnaient guère de leur état actuel.

Le seul surpris fut Xarcan qui s’était, suite à une petite fringale nocturne, écroulé dans le fond de la réserve, dans le noir, enseveli sous des kilos de nourriture. Il n’était pas étonnant qu’Akfar ne l’ait pas distingué au milieu de cet amas de vivres…
Xarcan, qui rêvait encore de son futur combat, s’éveilla avec la sensation de chatouillement…
Le temps de reprendre ses esprits et il était déjà presque dans l’arène…Il eut à peine le temps de saisir un bliaud en soie ainsi qu’un sceptre et un pavois en chêne, le reste de son équipement restant enfoui dans la remise.

Tous les participants étaient là. Heureusement, le sort avait fait qu’au premier tour aucun avatar n’avait à combattre l’un des siens… Mais cela arriverait tôt ou tard…

Qky se voyait opposé à Kev1proride, Xarcan à Ignatius, Akfar à Tangarth et Gargak à Zylon.
Les premiers combats furent rapides, certains étaient mal préparés, d’autres n’avaient tout simplement pas la carrure…
Mais chaque Avatar fut digne de la réputation du clan. Honneur, respect et loyauté…
Les combats avaient des allures de joutes chevaleresques.
C’était vraiment beau à voir. Et tous pouvaient s’en rendre compte grâce à l’ingéniosité des organisateurs qui avaient élaboré un magnifique système de communication qui permettait à chacun d’avoir un compte-rendu de chaque combat dans chaque arène.

-Des avatars, seul Qky avait failli. C’était osé pour un petit Halfelin de se mesurer à un nain aussi costaud, mais ça faisait partie du jeu et il accepta la défaite avec humilité. Il rentra au village bien décidé à encourager les Avatars restant en lice et ne fut pas surpris de l’accueil chaleureux que lui avaient réservé ses amis.

-Marmott debout sur une estrade de fortune prit la parole et résuma bien le sentiment de chacun :
« Dans la victoire comme dans la défaite, nous sommes solidaires et nous sommes fiers d’être avatars. Félicitation aux vainqueurs comme aux vaincus… Hourra pour les Avatars »

Tous les Avatars amassés autour de lui reprenaient en chœur :
« Hourra pour les Avatars »

-Le deuxième tour allait révéler le tout premier duel fratricide.
Xarcan affronterait kid tandis qu’Akfar allait être opposé à Gargak.

Akfar, la force brut, comme il aimait à se décrire -Le choc du regard, La rage du Cognard-, prenait place dans son coin…
Plus d’une centaine de kilos répartis sur une surface de maximum un mètre cube, du muscle, du muscle, du muscle… De longues heures d’entraînement associées à un travail harassant à la mine avaient fait de lui une machine de guerre. Un vrai TANK. Il pouvait encaisser sans broncher toutes sortes d’attaques… De celle venant des cieux et assénées par les humains aux plus sournoises tel un coup de poignard dans le dos venant d’un halfelin tapi dans l’ombre. Il ne craignait rien ni personne. Il avait déjà de nombreuses fois pu démontrer sa bravoure au combat et avait ainsi gagné le respect de tous ceux qui le connaissaient, même de réputation.

Gargak commençait à se poser des questions :
Il me semble bien plus costaud que le précédent, vais-je en venir à bout ?? Je vais devoir ruser, un combat de force brute me serait sûrement fatal.
Comptant autant sur ses talents stratégiques que sur la solidité de son armure, il ferait face à Akfar sans être intimidé. Sachant qu’aucun des deux n’allait retenir ses coups, il était bien décidé à faire mordre la poussière à son adversaire mais néanmoins ami.

Peu avant le gong de départ, tous deux s’approchèrent de l’énorme bloc de pierre siégeant au beau milieu du ring, se sourirent et frappèrent leurs poings les uns contre les autres mutuellement. Ils les frappèrent fort, très fort…

-Xarcan savait qu’il avait de la chance de ne pas tomber contre l’un des siens. De plus, il maîtrisait parfaitement l’art du drain de vie. Un avantage considérable qui lui permettait de reprendre des forces en plein combat. Il tablait là-dessus pour venir à bout de Kid qui s’était, jusque là, très bien défendu. Toujours un peu aigre de n’avoir que deux trois broques comme armure, il se disait sans cesse qu’avec tout ce bel équipement qui devait désormais prendre la poussière dans le fond d’un coffre au refuge, tout aurait été tellement plus facile. Certains coups lui faisaient bien plus mal que prévu… Mais les siens touchaient chaque fois sa cible et il finit, non sans difficultés à achever l’intrépide humain qui lui faisait face.

-A Avataria, c’était la liesse, Xarcan qualifié, il restait encore Gargak et Akfar qui se disputaient une place en demi-finale.
On y chantait tour à tour, pour encourager l’un et l’autre. On faisait des pronostics, on gravait le nom de son favori sur un morceau de bois ou de pierre afin de lui porter chance. Kaldar prenait les paris et chacun s'imaginait plus riche dans les heures qui suivraient…
Seul Marmott, investi de son rôle de chef ne prenait pas parti. Il restait assis l’air dépité, tenant dans les mains une pancarte où il était inscrit :
« Allez les Avatars »

Il n’en revenait pas de voir quels étaient les effets d’un match entre deux membres du clan. Il savait très bien que ça arriverait, mais trouvait ça dommage que cela soit si tôt dans le tournoi.

Au milieu de la place du village, deux groupes se formaient. Les uns voyaient Akfar remporter le match alors que les autres supportaient Gargak. Une rivalité amicale s’installa et des chants naissaient… On pouvait entendre les cris à des lieux à la ronde.
Dans un chahut incomparable, on ne pouvait dissocier les divers chants entonnés par chaque groupe de supporter :

« Akfar si t’es champion, colles-luiii, colles-luiii, Akfar, si t’es champion, colles-lui un beau gros j’ton »
se mélangeait à :

« Vas-y Gargak, Vas-y Gargak, Vas-y…. Tu vas l’avoir, le petit nain Akfar » pour former une sorte de chant amusant qui ne voulait plus rien dire :

« Akfar si t’es Gargak, vas-y, colles-luiii, Akfar si t’es Gargak lavoir. »

La nuit se présentait aux portes d’Avataria mais les chants continuaient de plus belle. Tous le faisaient entre-autre en l’honneur de Xarcan, lui aussi loin du village, tant il aimait chanter. Certains risquaient l’extinction de voix en espérant que leurs paroles atteindraient les oreilles de leurs amis pourtant si éloignés…
La nuit était belle et calme. Xarcan, isolé dans son arène attendait la fin du dernier combat…
Sans savoir pourquoi, il se mit à chantonner à voix basse pour lui-même :

« Xarcan, si t’es champion, vas-y, vas-y. Xarcan, si tes champion laisse pas tes armes à la maison ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 21 Aoû - 21:24

Chapitre X : Une finale Avatar

-Le tournoi faisait grand bruit. Personne ne pouvait ignorer un évènement d’une telle ampleur.
Chaque clan comptait sur ses membres engagés afin de représenter au mieux la bravoure et la force de ceux-ci. Les résultats étaient vite connus et les discussions à propos des combats émanaient de toutes parts.
Les avatars étant les mieux représentés, ils faisaient parler d’eux tant par leurs résultats que par leur fair-play qui était, pour eux, tout naturel. Ainsi, suite au combat entre Xarcan et Ignatius, ce dernier postula afin de rejoindre le Clan. Peu avant, c’était au tour de Mar1 de prendre contact avec Maya puis avec Marmott afin de s’informer sur les modalités d’accueil.

Tous deux furent bien vite acceptés au sein du Clan, ils semblaient fort motivés et animés par de bons sentiments. Tout ce qui avait toujours été demandé à un Avatar.

-A l’extrême droite de l’arène, dans le coin le plus boueux et glissant, Akfar s’était reculé afin de reprendre sa respiration. Gargak ne l’entendant pas de cette oreille plongea sur son adversaire en lui portant un violent coup en plein foie avec la pointe acérée de sa Hallebarde.
Le Harnois d’Akfar était solide mais l’usure associée à la rudesse du combat précédent eurent raison de l’armure. La pointe pénétra dans la chair du nain et s’enfonça profondément. Le Nain avait riposté et son Morgenstern atteignit Gargak au niveau de l’épaule mais sans faire trop de dégâts. Le mouvement du bras d’Akfar ayant été fort ralenti par la douleur soudaine au niveau du bas-ventre. Le souffle coupé, Akfar s’écroula. Gargak recula, non sans s’enquérir de l’état de son ami, puis planta sa hallebarde dans le sol avant de pousser un cri grave et puissant.

Il fallait bien un vainqueur et le destin avait choisi. Malgré la peine pour son camarade, Gargak jubilait à l’idée de rejoindre le quatuor des demi-finalistes en compagnie de Xarcan.
Voir deux Orcs Avatars à ce niveau du Grand Tournoi n’était pas une surprise, mais une énorme satisfaction pour tous les membres du Clan.

-Kaldar avait sorti son petit calepin et son petit crayon. Il biffait énergiquement le nom des perdants et entourait avec soin celui des vainqueurs. Il devait faire ses comptes. Les parieurs s’empressaient autour de lui et le regardaient fixement. Sortant sa langue et tournant les yeux vers le ciel, il tapotait sur son carnet au rythme des dizaines tandis qu’il faisait un trait à chaque centaine. De temps à autre, il criait haut et fort le nom d’un parieur et lui remettait les quelques pièces d’or gagnées :
« Ozyris… voilà, ta mise 10 pièces… ton gain, 10 pièces… en voilà 20 et nous sommes quittes » Il tendait une petite besace contenant vingt pièces d’or.

« Hum, heu…Firelabar, tu vas me ruiner, t’as misé 20 pièces… voilà tes 40 !! »

« Shaliman, désolé… t’as perdu »


Marmott qui s’était décidé à parier quelques sous sur Akfar suite aux pressions exercées par certains, se rapprochait de Kaldar la main tendue.
Kaldar tourna la page et fit mine de chercher le nom du chef…
« Hum hum, heu chef, t’as aussi perdu mais si je me fie au commandement numéro un… »

Marmott qui frappait du pied assez nerveusement :
« Ben quoi, le commandement numéro un ??? »

Kaldar levait les yeux en essayant d’apercevoir ce brin de dérision qu’il aurait aimé voir dans les yeux de Marmott qui se faisait un plaisir de froncer les sourcils :
« C'est-à-dire que… heu… ben comme le chef a toujours raison… heu ça voudrait dire que... heu.. »
Il tendit le petit carnet sous les yeux de Marmott en pointant les sommes du bout de la mine de son crayon :
« Allez, chef, dis, tu déconnes, c’est ça ??? Pasq’ sinon, je m’en sors pas, moi… je dois de l’argent à tout ceux là, si je te rends… »

Marmott lui coupa la parole dans un grand éclat de rire et lui frappa le dos amicalement.
« Ca va, ça va, j’arrête… Cela dit, j’apprécie ta loyauté » dit-il en agrémentant sa dernière phrase d’un long clin d’œil insistant.

Firelabar apporta une cervoise bien fraîche à Kaldar pour fêter les victoires avatars ainsi que ses propres gains.
« Tiens, bois donc ça, ça te remettra de tes émotions »

Tous trinquèrent aux futurs succès des leurs dans la joie et la bonne humeur. Le tournoi était loin d’être fini, mais il s’agissait déjà, pour eux, d’une victoire.

Marmott prit la parole et eut ces mots que peu comprirent :
« Que demande le peuple… Du pain et des Jeux »

-La pluie avait cessé aux alentours des arènes, mais le vent soufflait encore très fort.
La tension était perceptible et les quatre participants restant étaient fatigués par les efforts fournis aux tours précédents. La terre séchée maculait les équipements et donnait un air de bagnard aux combattants. McGregor avait tiré au sort, dans son petit cabasset, les noms des deux premiers concurrents. Les noms restant étant ceux des participants à la deuxième demi-finale.
Xarcan se voyait opposé à Nainjuste alors que Gargak héritait de Kev1proride comme adversaire.

Les combats débutèrent sans round d’observation et furent très brefs. Les deux orcs Avatars prenant le dessus assez rapidement, ils n’avaient plus qu’à compter sur leur force de frappe afin de se voir propulsés en finale. Ce fut donc chose faite. Quelques coups ajustés associés à une rage de vaincre sans pareille eurent vite raison du dernier nain ainsi que du dernier humain en course.

La fierté envahit Xarcan et Gargak ainsi que le coeur de chaque Avatar. On ne connaissait pas encore le grand vainqueur mais il était déjà sur qu’il s’agirait d’un Avatar. C’était un grand moment pour Marmott et les siens. Tous connaîtraient désormais la valeur du Clan des Avatar de Vengeance.

-Au Nord-est d’Avataria, se trouvait une mine de fer encore inexploitée au beau milieu d’une forêt de chênes centenaires si gros qu’on avait du mal à en estimer la masse. C’est en achevant la palissade orientale du village que Firelabar avait découvert cet eldorado.
Kaldar qui se trouvait justement à court de minerai s’empressa de le rejoindre accompagné de Maya et Akfar, revenu de son tournoi et se remettant immédiatement au travail.
La collecte de matériaux recommença. Bientôt, presque tous les Avatars présents dans les environs migraient vers ce point stratégique où ils pouvaient discuter des nouvelles du tournoi tout en exerçant leur métier en toute sécurité.

Marmott, qui courait toujours après les chevaux errants, ne s’éloignait pas trop non plus des siens. Sa maîtrise dans l’art du domptage était de plus en plus impressionnante. Les plus beaux étalons qui semblaient les plus réfractaires lui obéissaient au doigt et à l’œil. La cavalerie avatar était de plus en plus étoffée et quasiment chaque membre du clan possédait son propre canasson. On avait établi une écurie le long des palissades à l’est et de nombreux chevaux attendaient là patiemment leur maître.

Groûmphhh, lui, était resté au village la tête dans les champs de topinambours, inspectant chaque pousse, chaque semence et se ravissant du délicieux soleil qui s’annonçait pour les jours suivants. Les Lumbos auraient préféré encore un peu de pluie, mais il se chargerait d’arroser ceux-ci fréquemment.

Les nouvelles recrues visitaient les divers bâtiments. Ignatius avait investi le refuge et testait chaque couchette afin de trouver la plus moelleuse sur laquelle il comptait bien faire un petit somme.

Shaliman était parti plus au Nord-ouest voir jusqu’ou leurs terres s’étendaient.
Sifflotant, il passait à travers les champs de Topinambours arrivés presque à maturité en en chipant un au passage pour goûter. Les reflets des rayons du soleil sur la chair bleutée des Lumbos l’émerveillaient. Il bondissait, insouciant, jusqu’au lac où il pourrait s’abreuver et se reposer au calme.

Mar1 scrutait avec attention les détails de l’architecture de l’étrange laboratoire inoccupé qui s’élevait devant elle. Elle eut bien un instant le désir de pousser la porte mais quelque chose la retint. Cette demeure avait l’air d’un vieux manoir hanté… Comme si de bizarres choses s’y étaient passées et s’y déroulaient encore.
Animée par sa curiosité, Mar1 s’approcha du porche et posa la main sur la poignée.
Un cri strident jaillit de l’intérieur du labo. Mar1, à qui la phrase « courageux mais pas téméraire » allait comme un gant, s’empressa d’aller réveiller Ignatius afin qu’a eux deux, ils percent ce mystère.

Le village était désert et la torpeur du soleil ajoutait à l’anxiété des deux curieux. Dans le plus grand silence, ils se faufilaient jusqu'à l’entrée et poussèrent la porte qui, entre-temps, s’était entrouverte. Mar1 fit remarquer à son ami que quelque chose clochait :
« Attends un peu… Quand je suis passée toute à l’heure, la porte était fermée, elle me semblait même verrouillée »

Ignatius qui avait du mal à être complètement réveillé suite à sa petite sieste inachevée :
« Maaaaais nooon, tu dois te faire des idées, c’est l’imagination… Ca travaille ferme là dedans » dit-il en pointant de l’index le crâne de Mar1.

Mar1 fit mine d’acquiescer mais ne pu s’empêcher d’ajouter :
« Pourtant, je suis sure que…»

Et ils continuèrent leur route à pas de loup poussant du pied les déchets de bois oubliés par Firelabar lors de la construction, et tâtonnaient pour distinguer les obstacles tellement les vitres étaient rendues opaques par la poussière.

Soudain, à nouveau le même hurlement que précédemment, mais il se faisait de plus en plus proche. Ignatius distingua une forme qui bougeait dans le coin de la pièce. Une autre silhouette s’animait dans le coin opposé. Tels deux fantômes, les mystérieuses ombres se rapprochaient tout en émettant toujours ce bruit horrible.

Mar1 fit un pas en arrière et trébucha sur un bloc de bois. En tombant, elle voulut attraper de quoi amortir sa chute mais ne réussit qu’a agripper la jambe d’Ignatius qui fut emporté dans la chute. Lui, réussit à s’accrocher à un point fixe mais le poids du gnome plus celui de l’halfelin firent céder le montant de l’armoire qu’avait saisit Ignatius. C’est toute l’armoire qui s’effondra sur un des deux « fantômes ». L’autre, venant à son secours fut obligé de se démasquer et, très vite, Mar1 reconnut Groûmphhh. Après avoir ôté le drap du deuxième blagueur, tout le monde était soulagé de voir que Roc était indemne. Juste un peu sonné, mais rien de grave. Chacun s’en tirait avec une bonne frayeur.

Les blagues n’étaient pas toujours du meilleur goût, mais elles avaient le mérite d’exister… Chez les avatars, de tout temps, dans toutes les situations, on savait rigoler.

-Xarcan et Gargak avaient rejoint l’arène centrale et se retrouvaient pour la dernière fois aux antipodes de celle-ci, chacun dans son coin, seul avec ses pensées et ses sentiments.
La chaleur commençait à se faire sentir et l’atmosphère était pesante. Bien que le soleil était en phase descendante, la température grimpait. Les derniers nuages s’en allaient en laissant la place aux rayons aveuglants d’un soleil rasant. Plus que quelques heures et la finale débuterait.

Chaque finaliste connaissait bien la valeur de son adversaire ainsi que ses points faibles.
De toutes part, on se souhaitait bonne chance à distance tout en espérant être celui des deux qui en aurait le plus. Mais la chance ne ferait pas tout. Ce n’était pas sans raisons qu’ils se retrouvaient en finale. Leur puissance et leur intelligence les avaient bien servi afin de se frayer un chemin jusqu'à l’ultime rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Mer 23 Aoû - 13:09

Chapitre XI : Une belle victoire

-La mine s’épuisait vite, les Avatars de bousculaient en envoyant des coups de pioche sur le dernier filon exploitable. Maya et Firelabar avaient déjà abattu deux chênes et décidèrent de laisser les autres croître encore quelques temps avant d’y toucher. Certains retournaient vers le refuge et d’autres prenaient la direction de la forge chargés comme des baudets par les sacs de minerai de fer et les planches de bois.
Akfar avait entrepris un chant qui lui avait été enseigné lors de sa plus tendre enfance :
« Hi y-Hi o, on rentre du boulot »
Les autres mineurs qui le suivaient suivirent d’une seule et même voix :
« Padapom pom pom, padapom pom pom, pom pom, pom pom ».

- Gargak faisait des flexions de jambes puis bondissait sur place…
Il ajusta sa cuirasse et fit tourner l’anneau en chêne gravé au blason des Avatars qu’il portait au pouce afin que l’emblème de son clan soit tourné vers le ciel.
Xarcan faisait basculer sa tête sur l’épaule gauche (toujours la gauche), puis sur l’épaule droite, ce qui émit un bruit de craquement des vertèbres cervicales.
Son bliaud de soie était à nouveau tout propre car il avait eu le temps de le tremper dans la rivière et de le faire sécher. D’un blanc immaculé, il reflétait le soleil d’une manière scintillante. Soleil qui se dissimulait peu à peu derrière la colline à l’est, direction dans laquelle les yeux des deux intéressés se fixaient. Tel une boussole qui indiquerait le nord, les regards de deux adversaires convergeait vers la position de leur village et les silhouettes des bâtisses qui cachaient de plus en plus l’astre lumineux.
« GONG »
Le Gong retentit. C’était l’heure du début du match…
Il n’était plus question, et ce pour la durée du combat, d’avoir la nostalgie de son chez-soi ou de penser aux amis qui attendent un retour.
Les choses sérieuses allaient débuter. Un combat de frères tant par le Clan que par la Race. Et le vainqueur serait bien le plus fort.

Gargak dressa sa Hallebarde, avança d’un pas sur jusqu'à quelques pieds de Xarcan qui frappait son sceptre en chêne sur son pavois taillé dans le bois du même arbre. Ca lui donnait du courage et il espérait que cela perturbe son adversaire. Il n’en était rien, l’arme de Gargak étant à présent brandie en avant horizontalement ne se trouvait plus qu’à trois pieds maximum de l’étoffe de Xarcan qui semblait bien légère pour empêcher au tranchant de la lame de pénétrer dans la chair de celui-ci. D’un pas brusque en avant et lançant ses bras dans la même direction, Gargak comptait bien toucher l’adversaire.
Le pavois tenu fermement dans la main gauche, Xarcan fit un pas de côté afin de le présenter en face de la Hallebarde qui se planta dedans. Profitant de la tentative d’extraction de lame de son vis-à-vis, il asséna un violent coup d’épée qui s’écrasa sur le cabasset de Gargak.
C’était deux coups d’essai, deux coups dans l’eau. Maintenant au corps à corps, les deux protagonistes lâchèrent leurs armes temporairement pour se donner de rudes coups de poing et finirent pas se trouver si proches l’un de l’autre qu’on aurait cru qu’il s’embrassaient.
On pouvait entendre des chuchotements mêlés aux halètements et grognements en tout genres :
« Bon, on se sépare et on s’y remet… En plus, tu colles… »Dit Xarcan.

« Ok, on fait ça, mais p’tet que je colle, mais toi tu pues… »Répondit Gargak sur un ton provocateur.

Chacun poussa l’autre énergiquement des deux bras afin de pouvoir récupérer son arme et, comme les forces se valaient, ils restèrent tous deux sur pieds à distance égale de l’équipement gisant au sol.
Une sorte de ronde commença. Ne lâchant pas leur adversaire des yeux et tournant autour du matériel, les deux Orcs la jouaient à l’intimidation. Le premier qui tenterait de récupérer ses biens devrait baisser sa garde et se mettrait en danger.
D’un geste rapide et discret du pied, Gargak appuya sur l’extrémité pointue de sa Hallebarde qui était en équilibre sur le pavois et le sceptre de Xarcan. Celle-ci se mit à vaciller et Gargak réitéra l’action afin d’en attraper le manche, ce qu’il fit avec succès.
Xarcan profita de la manœuvre pour plonger sur son arme et fit une roulade périlleuse. Il ne réussit malheureusement pas à saisir son pavois, trop grand et trop lourd pour être emporté dans une telle cascade.
L’un et l’autre se retrouvaient au point de départ, face à face, même pas égratignés et se fixant yeux dans les yeux.

-Tandis que l’ensemble des membres du clan faisaient route vers le village avec pour objectif d’y préparer un festin pour fêter leur victoire à tous au Grand tournoi, Marmott poursuivait un cheval et s’aventurait dans une zone non référencée sur ses plans. Voulant faire d’une pierre deux coups, il s’entêta dans sa folle poursuite et observait minutieusement les lieux afin de les décrire à Firelabar dès son retour et ainsi compléter une des parties vierges de la carte du monde connu.

Shaliman qui s’était assoupi près du lac fut intrigué par la vaste étendue de pelouse verdoyante qui jouxtait sa position, sur la rive opposée. Etant bon nageur, il plongea dans l’eau tiédie par le puissant soleil qui avait brillé toute la journée et entama la traversée. On aurait dit un poisson ou plutôt, une anguille de mer tellement sa brasse coulée était fluide. En deux temps trois mouvements, il avait rejoint la terre ferme et se hissait hors de l’eau.
Trois personnages étranges se tenaient face à lui l’air menaçant.

-Au village, Groûmphhh récoltait Lumbos et Topinambours qui commençaient à abonder au refuge. Ses champs étaient de plus en plus vastes et florissants. Il en était très fier ! Bientôt, ses cultures serviraient les commerçants dans leurs deals, les alchimistes dans leur concoctions, les guerriers dans leurs combats… et l’on trouverait encore bien d’autres utilités à toutes les espèces végétales cultivés.

Kaldar avait rallumé le feu dans l’âtre de sa forge. La chaleur de celui-ci associée à la température ambiante transformait le bâtiment en vrai sauna. Roc et Grumph y avait installé un petit banc dans le coin, à l’abri des regards, où ils siégeaient nus, transpirants et versant de temps à autres de l’eau agrémentée d’essences secrètes issues de diverses distillations de Qky.
Ce qui avait pour effet d’énerver Kaldar qui supportait mal l’humidité :
« Z’avez pas fini avec votre flotte, là ??? En plus, vous êtes chaque fois à deux doigts d’étouffer mon feu ! »

Maya rentra couverte d’une serviette de lin à l’effigie des Avatars mais ne l’enleva pas au grand désespoir des deux « invités » de Kaldar. Ceux-ci, lui firent directement la remarque :
« Dis donc, Maya, un VRAI sauna, c’est totalement découvert, si tu gardes ta serviette, tu ne profiteras pas pleinement de l’effet bénéfique de la chaleur ».

Grumph rajoutait discrètement des bûchettes dans le foyer afin de faire s’élever la température, pas tout à fait dénué de l’envie de voir maya ôter son dernier vêtement.
Roc vantait les mérites et les bienfaits d’une heure de calme et de repos par jour dans leur petit coin improvisé de la forge et s’abandonnait à tout décrire avec d’amples gestes explicites.

Kaldar, un peu gêné par la chaleur et la moiteur régnantes appela Firelabar qu’il entrevoyait par la petite lucarne à hauteur de nain qui lui fournissait la lumière suffisante pour forger ses armes :
« Fire… J’ai un petit service à te demander… »

Firelabar s’approcha de la lucarne, la poussa délicatement vers l’intérieur afin d’entendre ce que Kaldar avait à lui dire et fit un mouvement de côté, saisi par la chaleur qui se dégageait de ce petit trou dans les murs épais du bâtiment. En s’appuyant contre l’un de ceux-ci, il constata qu’il était brûlant et se demanda comment Kaldar pouvait tenir à l’intérieur :
« T’as un p’tit problème avec ta cheminée ??? Tu dois mourir de chaud là dedans, qu’est-ce qui se passe ? »

Kaldar se pencha en avant aspirant un maximum d’air frais à la fenêtre et expliqua son malaise. Firelabar ayant bien compris les ennuis de son ami fit route vers le refuge, y entra et en ressortit bardé de planches et de clous. S’étant presque totalement dévêtu, il pénétra dans ce qu’on aurait pu prendre pour le cratère d’un volcan et commença le travail.

Un peu étonnés de l’arrivée de Fire dans leur « sauna » les occupants le questionnèrent :
« Qu’est-ce que tu fais, Fire ??? » demanda Grumph.

« Tu ne vas quand même pas nous mettre dehors à coup de planche à clous… » Poursuivit Roc en blaguant.

Sans mot dire, le nain bâtisseur clouait les planches et formait une paroi hermétique grâce à de l’argile venu de la rive est du lac. Il séparait ainsi le Forgeron de sa source de distraction. A l’aide de grosses pierres réfractaires, il forma un mur peu épais mais isolant qui permettrait aux visiteurs de bénéficier des deux tiers du pouvoir calorifique du feu laissant à Kaldar assez d’énergie pour fondre son fer sans tomber sous un coup de chaleur. Les amateurs du sauna continueraient à bénéficier de leur passe temps favori pendant que Kaldar forgerait de belles armes dans le calme. Un solution si simple qui rendit tout le monde content.

« Merci Fire » crièrent-ils tous en choeur.

-Il faisait noir dans l’arène. La nuit sans lune n’arrangeait rien. Les deux orcs avaient du mal à se distinguer mutuellement malgré leur proximité relative. Il fallait se fier à tous ses sens, la vue ne comptait presque plus, une bonne ouïe devenait un atout majeur et l’odorat comptait aussi. Une fois au contact de l’adversaire, il ne fallait plus le lâcher sous peine de le voir disparaître à nouveau dans la noirceur de la nuit.

Démuni de son gros bouclier, Xarcan n’en menait pas large. Il entendait le sifflement de la Hallebarde de Gargak qui faisait des tours sur lui-même tenant celle-ci les bras tendus parallèles au sol en espérant toucher son adversaire. Il esquivait tant bien que mal l’objet qui passait tantôt à hauteur de la tête, tantôt à ras du sol.

La fatigue se faisait bien plus ressentir chez Xarcan qui bondissait, s’abaissait, reculait et avançait pour éviter le tranchant de la lame que chez Gargak qui utilisait un pied d’appui pour tournoyer, la Hallebarde bien calée sur la ceinture de cuir en poussant de grands « hoy, hoy, hoy ».

Xarcan s’avança vers le bruit et sentit un violent coup en pleine nuque. S’étant rapproché, il ne fut frappé que par la partie boisée du manche, mais la vitesse de rotation associée au poids de l’arme le projetèrent à terre dans quelques roulades spectaculaires.
Sur le sol, Xarcan était une cible facile, sauf si son adversaire le rejoignait.
Il se mit à genoux, rampa et attrapa la jambe de Gargak en essayant de le faire tomber.
Désormais les mains nues, il devait essayer à son tour de priver son adversaire de son arme.

Le contact étant établi, la Hallebarde devenait inutile et Gargak la lâcha. Le temps de s’abaisser afin d’attraper Xarcan pas la peau du cou, ce dernier avait planté ses crocs dans la chair de Gargak. Gargak l’arracha à sa jambe en poussant un cri de douleur effrayant. Le mal était profond et Xarcan se sentait un peu mieux malgré le vol planné que sa proie venait de lui faire faire. Xarcan a bonne distance, Gargak ramassa sa Hallebarde, la lança et toucha son ami Orc de plein fouet. Le sang coulait à flot. Xarcan continuait à quatre pattes vers Gargak qui avait posé un genou au sol. L’énergie des deux opposants s’amenuisait mais ce fut Xarcan qui mordit la poussière le premier. Dans un dernier souffle, celui-ci émit un gémissement qui avait des allures de :
« Bravo »

Gargak se releva et laissa couler une larme. Peut être la joie d’avoir remporté le tournoi, peut-être la peine d’avoir éliminé son ami Xarcan.
Mais il fallait bien un vainqueur et cette fois-ci, le meilleur fut Gargak.
Tous deux s’étaient battus comme des diables et pouvaient être fiers d’eux comme l’étaient tous leurs camarades et supporters.

-Kaldar pouvait ressortir son petit carnet, Firelabar les cervoises et autres breuvages et Akfar toutes les volailles et côtes à l’os disponibles… La nuit allait être longue à Avataria et il serait difficile d’attendre tous les leurs pour débuter la fête.
Les festivités allèrent bientôt débuter. Roc se battant avec les bouchons bien enfoncés dans les bouteilles afin d’ouvrir celles-ci, Grumph aiguisant ses beaux couteaux et pensant au fines tranches de viande qu’il allait découper… tous se mirent au travail avec entrain pour organiser un banquet digne des combattants du tournoi.

-Au milieu de l’arène, Gargak montait sur la plus haute marche du podium et recevait avec plaisir le trophée bien mérité. Il le brandit haut vers le ciel et admirait son reflet dans la surface concave de la coupe métallique. Celui-ci siégerait sur un beau socle déjà construit et réservé par Firelabar au centre du refuge. Chaque jour, l’ensemble des Avatars pourrait admirer l’un des objets qui faisait leur fierté.

Gargak demanda à être à nouveau téléporté au plus vite à Avataria. Dorénavant, il aimerait cette sensation qui lui rappellerait toujours son succès au Premier Grand Tournoi.

-La table était dressée, les gamelles bien en ordre et les tonneaux bien pleins… On avait allumé un peu partout des feux de joie se souciant peu du manque de bois pour les constructions. Ce soir, on se concentrerait sur fête. Certains eurent une pensée pour leur chef qui n’était pas encore là, d’autres se demandaient si Shaliman savait qu’il y avait un rassemblement général au village pour consacrer Gargak et les autres.

De l’autre côté du lac, passé les champs de Groûmphhh, les lumières du village éclairaient le visage des trois vis-à-vis de Shaliman. Ceux-ci étaient hideux et semblaient hostiles… L’halfelin pacifiste, sans se douter de rien, s’approcha d’eux afin de discuter… Mais visiblement les trois inconnus ne le voyaient pas de cet œil là…


Dernière édition par le Lun 30 Oct - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Ven 25 Aoû - 22:32

Chapitre XII : Les Loyeux Jurons

-Alors que les membres du clan se réunissaient autour de la magnifique table qu’avaient dressé Mar1 et Blackhawk sous les conseils judicieux d’Ozyris, Groûmphhh tournait avec le plus grand soin la broche sur laquelle on avait piqué les volailles les plus dodues. Les flammes léchaient la peau croustillante des poulets à chaque fois qu’une goutte de graisse de l’animal entrait en contact avec le feu. Maya surveillait le nain qui soufflait sur les braises et n’hésitait pas à le bombarder de conseils :
« Tu devrais pas souffler trop fort, le feu est bien assez chaud comme ça… Tu vas brûler l’extérieur et l’intérieur sera pas cuit… »

Ignatius qui passait par là se posta juste à côté de Maya, non loin du feu et fut surpris de voir que Groûmphhh portait peu d’attention aux cendres qui s’envolaient avec la puissance de son souffle pour venir se coller sur la nourriture :
« Dis, Groûmphhh… tu comptes mettre des épices sur la viande??? Perso, je pense que les cendres que t’y envoie suffiront… »

En entendant les rires, roc s’approcha et projeta le fond de son verre sur le feu, ce qui eut pour effet d’instantanément réduire la pyrolyse et plaquer les cendres volantes dans le foyer même :
« Si je peux te donner un p’tit conseil, faut humidifier de temps en temps les braises pour ne pas cramer la nourriture. »

Kaldar s’était retranché dans sa forge et achevait les splendides coupes qu’il faisait refroidir lentement, afin qu’elles ne gondolent pas, sous un fin filet d’eau. Sur chacune d’entre elles, le blason Avatar agrémenté du nom du destinataire du cadeau encadré par deux dragons à la longue queue qui avaient fière allure. Il avait pris grand soin de son travail, on aurait dit que tous les objets en argent sortaient d’un même moule alors qu’ils étaient le résultat d’un travail d’orfèvre fourni par le forgeron. Il avait mis tout son cœur à faire en sorte que chacun ait la même taille, le même poids et la même splendeur afin de ne pas faire de jaloux. Seul celui destiné à Gargak portait la mention « Vainqueur du Grand Tournoi ».
Très bientôt, tout Avatar pourrait boire dans son propre verre nominatif en admirant le blason de son clan et se ravirait du son des coupes métallique qui s’entrechoqueraient lors d’un toast porté par l’un des leurs.

King regardait le travail accompli par les cuistots avec appétit… Il courait du barbecue aux cuisines et des cuisines à la réserve pour apporter plus, toujours plus de denrées. Alléchél lorsqu’il pénétrait dans la pièce bien achalandée, il imaginait à chaque fois une autre recette, bien aidé par Akfar qui se reposait encore sur sa couchette dans le refuge, juste à côté de la porte de la remise. Il ne s’était pas installé là par hasard… En plus de la surveillance qu’il pouvait accomplir, il bénéficiait du divin fumet des jambons et fruits frais entassés de l’autre côté de la paroi. Son sommeil était toujours idéal dans ces conditions.

Qky entendait le léger martèlement dans le bâtiment voisin. Habitué à plus de vigueur de la part du Forgeron, il s’interrogeait sur la nature du travail de Kaldar.
Il était loin de se douter que Marmott avait passé une commande à chaque Artisan du Village afin de fêter l’évènement dignement.
Alors que les éprouvettes fumaient et bouillonnaient tout autour de lui, Qky ouvrait des robinets, fermait des vannes, actionnait des manivelles avec une aisance qui prouvait qu’il savait exactement ce qu’il faisait. La commande du chef était claire et il s’appliquait à suivre sa recette à la lettre.
« Trois pincées de sel, une baie de Kiriel réduite en poudre, encore un peu d’eau… Hum, il me semble que j’oublie quelque chose … Ha, oui, l’herbe de Tinlent. Touiller délicatement avec mon os de gnoll et couvrir d’une peau. Laisser mijoter à feu doux…»
Recette un peu compliquée et nécessitant de nombreuses plantes rares en quantité non négligeable qui s’avèrerait être le meilleur breuvage qu’aurait produit l’Halfelin jusqu’alors.

Firelabar avait sorti son maillet et son burin. Une fois encore, il allait démontrer à tous ses talents de tailleur de pierre. Xarcan et Gargak étendus un peu plus loin dans l’herbe et discutant de leur récent combat le regardaient faire du coin de l’œil en haussant le ton dès que le martelage débutait. La grosse stèle encore vierge qui siégeait en plein centre du village porterait bientôt nombre d’inscriptions. Firelabar cherchait l’inspiration et se contentait de rectifier les angles de la pierre qui, selon lui, n’étaient pas parfaits. Un peu distrait par les cris des deux orcs qui semblaient s’entendre à merveille malgré leur affrontement, il eu un éclair de lucidité et entama, dès l’instant, le début de la longue phrase qu’il se répétait afin de ne pas l’oublier.

-Une légère brise donnait à la rive ouest du grand lac des allures de littoral. De petites vagues venaient s’écraser sur l’arrière des chevilles de Shaliman qui s’éloignait de l’effet désagréable de ces vaguelettes. Il secoua sa cape en soie qui n’avait absorbé que très peu d’eau et se retrouva, dès lors, presque à sec. En face de lui se dessinaient peu à peu un petit Elfe, un Orc et un Gnôme à l’air patibulaire.
Avant de pouvoir prononcer le moindre mot, il sentit comme un coup de froid. Puis l’effet s’intensifia jusqu'à lui faire mal. Le vilain Orc fonçait sur lui alors que l’elfe se mettait à chanter.
Plus étonné qu’effrayé, l’Halfelin tenta de se soustraire des pattes de l’orc mais ce fut en vain.
Le deux bras l’étreignaient d’une manière féroce et brutale… Il ne respirait plus que très péniblement et était étourdi par le chant de l’elfe qui s’approchait.
Alors qu’au village la fête battait son plein, personne ne se doutait du terrible destin que réservaient les membres du clan des Loyeux Jurons au petit Halfelin inoffensif.
Très fiers de leur méfait, les trois compères projetèrent le corps inanimé de Shaliman au loin dans la rivière laissant celle-ci se charger de l’emporter au gré du courant.

-Pendant le repas, il y eut un moment de chagrin que personne ne s’expliqua. Celui-ci coïncidait avec la mort de Shaliman mais peu d’entre eux ne se l’expliquèrent ainsi, beaucoup étaient persuadés que l’halfelin se reposait quelque part dans le village à l’abri des regards. Tous pensèrent à leur chef, toujours pas revenu de sa folle poursuite et certainement éloigné, voir en danger actuellement.
Le ciel s’assombrissait au dessus d’Avataria. Quelques gouttes se mirent à tomber et l’on décida de remettre le banquet à plus tard. Certains se précipitèrent sur les vivres pour les protéger de la pluie et les replacer au plus vite dans la réserve. D’autres rentrèrent les tables en veillant à ne pas faire tomber ce qui était dessus.
Firelabar incita tout le monde à rentrer au refuge afin d’organiser les recherches.
Malgré les cris forts et puissants des plus grosses voix avatars, Shaliman ne se présentait toujours pas à l’appel. L’inquiétude s’intensifia. Malgré la pluie qui l’aurait de toute évidence réveillé et fait revenir parmi eux, toujours aucune nouvelle. Il fallait partir à sa recherche aussi.

Les équipes se formaient, Firelabar regroupait les informations disponibles auprès des siens afin de faire un petit briefing. Très vite, les deux groupes prirent la route munis de flambeaux et de leurs armes.
A la tête du groupe de recherche qui partait vers le Nord-ouest, Firelabar se donnait rapidement quelques pas d’avance sur les autres. Jouant à l’éclaireur, il traversa les champs et découvrit quelques traces de pas qui, pour sur, n’étaient pas celles de Groûmphhh ou Kaldar.
De petits pieds s’enfonçant peu dans le sol, les marques assez éloignées les unes des autres…
De plus en plus, il était certain d’être sur la bonne route. Il s’empressait à poursuivre les indices et accentuait la distance le séparant de ses poursuivants. Les traces s’arrêtaient net sur la berge, il en conclut que Shaliman avait traversé à la nage. N’aimant pas trop nager, et bien trop chargé pour le faire, il fit un détour par le nord où il pouvait franchir le cours d’eau via deux gués. A peine avait-il franchi le second qui tomba nez à nez avec les trois loubards.
A la vue des airs méprisants et hostiles de ses vis-à-vis, il savait déjà que les choses allaient mal se passer.

L’elfe se remit à chanter mais Firelabar s’en souciait peu, un peu sourd d’une oreille, il porta la main sur l’autre et n’entendit presque plus le maudit air.
L’elfe insatisfait de son pouvoir décocha une flèche qui frappa le Nain en plein dans la main inoccupée. L’Orc profita du moment pour tenter de mordre Firelabar que la flèche, pourtant bien enfoncée, n’avait pas empêché de brandir son bouclier sur lequel le faciès de l’Orc vint s’écraser.


Dernière édition par le Ven 25 Aoû - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Ven 25 Aoû - 22:32

Voulant à tout prix s’enquérir de l’état de son compagnon et ne voulant pas en arriver à une guerre sans fin avec ceux qui s’avéraient être leurs voisins, le Nain Avatar joua, en l’absence du chef et de l’ambassadeur, le rôle de diplomate :
« Que me voulez-vous ? Mon nom est Firelabar, membre du clan des Avatar de Vengeance. Je ne fais que passer, je suis à la recherche de mon ami Shaliman. Un petit Halfelin vêtu d’une cape en soie rouge… Cessez tout de suite de me frapper ou vous le regretterez longtemps ! »

L’elfe qui semblait être le chef des trois malfaiteurs fit un signe de la main et les deux autre obéirent en se reculant d’un pas :
« Je m’appelle Gipsyking, je suis le chef des Loyeux Jurons, et tu te trouves sur nos terres. »

Firelabar cassa la flèche qui faisait saigner sa main, retira la partie encore enfoncée et la brandit vers son agresseur :
« C’est comme ça que vous accueillez les voyageurs ??? Ce ne sont pas des manières. J’espère qu’il n’est rien arrivé à Shaliman. »

Gipsyking sourit et répondit fièrement :
« Bah, il n’avait qu’à pas venir chez nous »

Firelabar tremblait de nervosité, il avait envie de fracasser le crâne de ce petit impétueux, mais il devait s’en tenir à son rôle de diplomate :
« Que veux-tu dire par là ? Si vous lui avez fait du mal, vous devrez en répondre devant nous. »

L’elfe semblait tracassé :
« Ben, on l’a tué, tu sais, on s’est déjà fait agressé, et maintenant, on préfère frapper les premiers. »

Firelabar s’étonnait de la réponse de son interlocuteur :
« Ne me dis pas que vous avez eu peur d’un Halfelin qui ne vous voulait aucun mal… As-tu tenté de te renseigner sur les raisons de sa présence ? »

L’elfe s’énervait :
« C’est notre village et on tue tous ceux qui nous envahissent ! Tu commence à m’énerver avec tes questions »

Firelabar qui tentait d’apaiser le ton tout en restant ferme et franc :
« Ne t’énerves pas petit elfe, j’essaye juste de trouver la raison de cette attaque gratuite sur l’un des nôtres. Beaucoup n’auraient même pas tenté de discuter avec vous. Il faut vous faire une raison, nous sommes vos voisins mais aussi bien plus nombreux, puissants et armés que vous. Si j’étais à ta place, je n’hausserais pas la voix ainsi, tu risques de t’attirer des ennuis. Je te demande juste réparation pour votre méfait et vos excuses seraient les bienvenues. »

Gipsyking bombait le torse et faisait preuve de sa plus mauvaise foi :
« Nous n’avons pas à vous présenter des excuses, je ne m’aplatirais pas devant l’envahisseur. VOUS nous avez agressé, et VOUS êtes responsables de ce conflit. Pour ce qui est de la réparation, je veux bien te soigner mais vu que nous sommes peu riches, je ne peux rien te proposer de plus. »

Firelabar décida à son tour de hausser le ton vu que son vis-à-vis n’entendait pas ce qu’il avait à lui dire :
« Ne retournes donc pas les rôles. Si vous cherchez la guerre, vous aurez la guerre ! Mais je ne voudrais pas que ton petit clan subisse les foudres des Avatars. Alors, il faudra que tu fasses preuve d’un peu plus d’humilité et que tu t’engages à ce que plus personne ne se fasse agresser dans la périphérie de notre village par l’un des tiens. Me soigner serait preuve de bonne volonté mais tout à fait normal vu l’agressivité dont vous avez fait preuve à mon égard. Mais je te répète que tes excuses sont une condition sine qua non pour une paix entre nos deux Clans. »

Un moment de calme sembla planer au dessus des acteurs du débat. L’elfe s’avança vers Emik, son compère Orc et pansa ses blessures. L’Orc lui rendit la pareille et semblait être dans une rage folle.

Gipsyking rompit le silence et fit un mouvement du doigt en direction de Firelabar agrémenté d’un sourire narquois :
« Tes conditions ne sont pas acceptables, je ne peux pas m’y plier. Ici, c’est notre village et nous y faisons ce que nous voulons ! »

Firelabar lassé par la malhonnêteté de son « ennemi » ainsi que par le fait qu’il avait failli à sa parole en soignant son ami plutôt que lui, il décida de donner une bonne leçon à ce petit présomptueux :
« Bon, si tu le prends comme ça, tu comprendras que la paix est, dès lors, impossible. Nous sommes donc en guerre car nous n’avons pas plus de temps à perdre avec des gens comme vous ! »

Cette phrase qui était une déclaration de guerre en bonne et due forme fut le déclenchement des hostilités qui occuperaient les Avatars quelques temps.

-Le reste du groupe de recherche arrivait aux abords des palissades de fortune qui constituaient les seules constructions du dit village des Loyeux Jurons. Les uns passant par-dessus, les plus petits se faufilant en dessous, King, Kaldar, et Qky se présentaient aux côtés de Firelabar. Le reste du clan n’allait pas tarder, bien motivé par une bonne bagarre. D’habitude, les Avatars n’aimaient pas trop frapper leurs congénères Elfes, Orcs, Humais… Ils s’adonnaient à la chasse aux monstres et à la pratique de leur métier…
Mais quand il s’agissait d’une Vengeance, on s’apercevait vite qu’ils portaient bien leur Nom.
Tous lâchaient le travail en cours pour s’empresser de rejoindre les leurs au front. Quand de plus, l’ennemi était de mauvaise volonté et échauffait les esprits, ils frappaient avec plaisir afin de faire rentrer quelques principes de politesse et de savoir vivre dans la tête des réticents.

-Firelabar prit son Marteau de Guerre d’une main et le fit tournoyer de bas en haut à sa droite, au niveau de la hanche. L’extrémité toucha la mâchoire du vilain petit elfe qui s’envola verticalement jusqu'à deux mètres et demi de hauteur avant de retomber à la même place tel une crêpe que le cuisinier aurait raté. Gipsyking semblait moins fier et proférait des inepties que Firelabar n’écoutait plus…
« A MORT les avatars de vengeance ! Nous allons organiser une guérilla dont vous vous souviendrez pendant longtemps !!!
FUYEZ tant qu'il est encore temps !!! »

Assez amusé par l’entêtement de son adversaire à prendre des coups, il donna un autre gros coup de marteau sur la tête de l’elfe dont la tête résonnait plus fort que la plus grosse cloche d’Avataria.
« Humph, tu commençait à m’agacer p’tit gars, je vais t’apprendre la politesse MOI ! »

Firelabar recula et laissa le champ libre à Qky qui balança un venin très puissant dans les yeux de Gipsyking. Il allait s’en souvenir longtemps !
Déjà, le gnome nommé Judas prenait la poudre d’escampette, effrayé par le nombre d’Avatars qui convergeait vers leur position. En chemin, il semait quelques mines à l’attention des poursuivants.

-Mais une fois de plus, la terre trembla… La brume envahit les terres bordant le lac sur des dizaines de lieus à la ronde. Cette air froid et humide avait une odeur étrange, presque pestilentielle…
Les combats cessèrent un instant. On avait du mal à distinguer son adversaire et le risque de rater son attaque était grand. C’était, il est vrai, un peu la panique tant d’un côté que de l’autre. Les Avatars inquiets de ce qui allait sortir de cette brume, Les Loyeux Jurons inquiets du sort que les Avatars leur réservaient.
Le vent chassait la brume lentement. Doucement, le nuage sa plaquait au sol en s’étalant plus loin encore… Si loin que Marmott qui se trouvait de l’autre côté du village en ressentait la froideur profondément dans les doigts de pied. Les vagues ondulantes déferlaient sans arrêt dans un claquement de plus en plus important… Les étoiles scintillaient alors comme jamais, comme si elles formaient un tout. Et dans cet amas de constellations diverses, certains reconnurent un animal qu’ils croyaient tiré de la mythologie. Avec son long cou musclé et ses grandes ailes nervurées, il volait à une vitesse incroyable et piquait dans leur direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 4 Sep - 21:58

Chapitre XIII : Le Dragon Gris

-La bête ailée faisait preuve d’une agilité déconcertante malgré sa taille. Un seul battement des ailes la propulsait à une vitesse vertigineuse dans la direction voulue. De sa longue queue pointue, terminée par une sorte de flèche retournée, elle stabilisait son corps volumineux balancé au gré des courants d’air chauds et froids. A l’extrémité de ses deux grosses pattes, on pouvait distinguer de grandes griffes acérées entre lesquelles il ne valait mieux pas tomber. Sa musculature était impressionnante et sa peau composée d’écaille semblait fournir un important bénéfice aérodynamique dans ses cabrioles.

De ses nasaux béants, s’échappait une fumée dense et très sombre. Le regard rouge comme la braise reçu très vite comme qualificatif « le regard de Feu ». Lorsque l’animal ouvrait la bouche, de grandes dents fines et pointues apparaissaient. Les cris qu’il poussait se répercutaient contre les obstacles environnants jusqu'à des territoires encore inexplorés.
Beaucoup entendirent les rugissements féroces du monstre sans pouvoir indiquer la provenance de ceux-ci.

Après cinq tours effectués au dessus des combattants, il entreprit un atterrissage dans les règles de l’art. Peu à peu sa vitesse se réduisit et son battement d’aile se ralentit. Il n’était plus qu’à quelques pieds d’altitude. Les Avatars firent un pas en arrière afin de ne pas être fauché par un des gigantesques membres de l’animal que Qky reconnut et nomma « Le Dragon Gris ».

-Plus tôt dans son existence, il avait été donné à l’Halfelin la chance de rencontrer un vieil Homme qui avait beaucoup voyagé. Il lui parla de ces fameux monstres apparaissant lors de combats et de batailles pour venir semer la terreur.
D’après les écrits :
« Les créateurs feront s’abattre un terrible fléau, décimant toute hostilité, frappant les plus vils et les plus braves sans différence, jusqu'au rétablissement du calme. »

En ces temps, on les nommait les « Dragons ».
C’étaient de féroces ennemis pouvant mettre à mal n’importe quelle armée en peu de temps. Leur force était telle que peu de combattants semblaient les blesser. Leur intelligence était rare pour un animal de cette taille, on les aurait crus dirigés par une force démoniaque…
Mais peu de combattants pouvaient se vanter d’avoir survécu à une bataille durant laquelle l’un de ces dragons était apparu. Beaucoup d’histoires furent inventées et la vérité tomba dans la croyance populaire puis devint un mythe.

De toute évidence, il s’agissait d’une punition envoyée par les créateurs pour apaiser les esprits belliqueux. Nombre de guerres furent stoppées par un terrible cataclysme tel que celui-ci. Les Avatars considérèrent l’arrivée du Dragon comme un défi qu’il fallait relever la tête haute. Ils avaient l’occasion d’accrocher un nouveau trophée au mur du refuge…

-Le chef des Avatars avait perdu de vue le cheval qu’il poursuivait. S’étant fort éloigné du village, il se retrouvait à l’orée d’un bois sombre et froid. L’étrange brume qui venait lui lécher les chevilles accentuait la sentation de gel qui lui montait dans le dos. Le vent dans les arbres l'empêchait d’entendre les trois vauriens qui s’approchaient doucement dissimulés derrière la haute haie.
Marmott fit un bon en arrière en entendant une branche craquer et se retrouva dans les pattes velues d’un inconnu. En face de lui sortirent du buisson deux membres du clan des Gens du Broyage. Clan dont le seul dessein était de semer le mal et la désolation partout où ils passaient.
Les bras l’étreignaient tellement fort qu’il avait du mal à reprendre son souffle.
Il savait qu’il n’en avait plus pour longtemps et utilisa ses dernières ressources pour chanter fort, très fort afin qu’au moins un Avatar l’entende. Non pas pour lui porter secours car il était déjà trop tard, mais pour demander aux siens de faire ce qu’ils faisaient le mieux, Venger leur Chef !
Hérétikuss, un jeune elfe qui passait par la se chargea d’achever Marmott à la demande des trois ennemis qui se ravissaient déjà de leur méfait. L’elfe n’osa pas refuser et n’y pensa même pas, tellement content de pouvoir se faire les dents sur une proie déjà à l’article de la mort.
Le chant mélodieux résonnerait encore longtemps dans l’enceinte vide d’Avataria, le gros des troupes faisant route vers le champ de bataille…

-N’écoutant que leur courage, Kaldar et King cognèrent dans l’énorme masse les surplombant. Le dragon ne bougea pas. Il émit un souffle chaud et long puis resta immobile.
Autour de lui, Kaldar, King, Qky, Gargak et les autres se demandaient comment ils allaient venir à bout de l’énorme bestiau. Les coups des deux Nains ne dérangèrent même pas le grand dragon qui leur faisait face.

Les trois Loyeux Jurons comptaient bien laisser le dragon entamer les Avatars et se charger d’achever les blessés… Mais ceux-ci ne l’entendaient pas ainsi. Alors que quelques uns s’occuperaient de la bête, les autres se chargeraient de terminer leur vengeance en cours.

King Devil regarda Kaldar qui remontait sur son cheval :
« T’as pas une petite place pour moi… J’voudrais bien aussi rattraper ces maudits assassins.
Ils n’emporteront pas au paradis, ceux là ! »


Kaldar caressait la tête de sa monture qui semblait avoir compris King et se dandinait dans tous les sens :
« Ben, heu, je pense pas que mon ch’val supporte le poids de nos deux …heu…armures…
Puis, j’ai les os lourds… »


Gipsyking, toujours accroupi, se frottant les yeux irrités par le venin de Qky, pestait et jurait dans la langue des elfes. Il n’aperçut même pas le coutelas de l’halfelin lui arriver en plein milieu du front. L’halfelin, d'un bond, s’était rapproché de l’elfe et dans le même mouvement avait asséné le coup final à son ennemi.
Gipsyking tomba, raide comme un piquet et blanc comme un linge. La vengeance était en partie accomplie.

Kaldar galopa en direction de Judas et se blessa suite au déclenchement de deux pièges construits par le gnome. Son cheval s’étant pris les pieds dans l’un de ceux-ci tomba à terre en projetant le nain sur un autre montage machiavélique de Judas. Ceux-ci ne lui firent pas trop de mal, à son cheval non plus, mais le mirent à terre juste devant l’orc qui en profita pour donner un grand coup de botte dans les côtes. Kaldar toussa et cracha du sang à deux reprises. Il roula en arrière et se rétablit afin de faire face à son adversaire qui fut surpris par la rapidité du nain.

King continuait à essayer de distraire l’animal en lui criant dessus et en lui jetant tout ce qu’il avait sous la main. Le dragon balançait la queue en essayant de faucher le nain qui ne tremblait pas le moins du monde. Il continuait courageusement son travail de distraction afin de permettre à Kaldar de s’écarter pour combattre Emik.
Qky s’approchait un peu du dragon et tenta de seconder King dans son labeur. Il envoya un venin corrosif sur le dragon dont la tête était tellement haut perché que les yeux étaient hors d’atteinte pour l’halfelin. Le venin atteignait péniblement le haut du cou de celui-ci et seules quelques gouttelettes pénètreraient dans l’organisme de l’animal.

-Mais le dragon se souciait peu de ces deux perturbateurs et cracha une énorme flamme qui vint roussir le dessus du crâne de Firelabar, tout heureux que le dragon l’ait raté. Malheureusement, il allait vite déchanter et se rendre compte que l’animal ne le visait point. C’était Kaldar qui avait fait les frais de ce concentré de chaleur. Il gisait, là, à quelques pas et ne répondait pas aux appels de ses amis qui s’enquérissaient de son état.

Judas et Emik étaient dos à dos encerclés par les Avatars. Qky à distance les tenait en respect, Gargak arrivait par le sud, Xarcan pointait le bout de son nez de l’autre côté du lac et Firelabar les contournait en galopant vers l’Ouest afin de couper leur fuite. Son cheval déclencha quelques pièges dans son galop effréné et ceux-ci touchèrent le nain sans trop lui faire de dégâts. Tous étaient désormais en position et pouvaient resserrer l’étau sur leurs ennemis.

Firelabar, au galop, chargea Judas qui s’entêtait à miner le parcours et aplatit celui-ci au sol tel le forgeron qui frappait un gros bloc de fer chaud pour en faire une fine feuille de métal.
Judas sentit le coup terrible lui fracasser le crâne et perdit une ou deux dents dans l’histoire…
Le nain, pas encore satisfait fit demi tour et reprit la direction du Gnôme. Un deuxième coup de marteau et celui-ci s’écrasait contre un vieux chêne assez proche. Il glissait lentement le long de l’écorce de l’arbre pour finir dans la position assise suivant la courbure de la grosse racine sur laquelle il gisait.

Gargak, non loin de qui avait atterri le petit gnome, saisit sa Hallebarde et couru en direction de Judas. D’un geste ample et énergique, il planta son arme en plein cœur. Il retira celle-ci du corps du gnome inanimé. Un large sourire ornait son visage, le bout de l’arme maculée de sang tremblait encore… Comme a chaque combat remporté, Gargak plantait celle-ci dans la terre tout près de l’ennemi déchu.

Qky se mettait à bonne distance de l’orc pour lui envoyer encore un peu de venin mais il dut s’écarter afin de laisser passer la flamme que le dragon destinait à Emik. Celui-ci fut roussi sur place, la chaleur ayant été bien trop élevée pour lui. L’halfelin s’approcha afin de s’assurer que l’orc ne respirait plus et repris de plus belle le combat avec le dragon.

-Appelés à l’aide par les leurs, Groûmphhh, Shaliman et Ignatius approchaient en toute hâte. Ils pouvaient désormais apercevoir les formes du dragon et s’étonner de sa taille malgré la distance qui les séparaient encore de lui.

-La mission achevée, maintenant débarrassés de ces gêneurs de Loyeux Jurons, il leur restait ce monstre sur les bras. Ils étaient bien supérieurs en nombre mais savaient que ça allait être un travail de longue haleine que de venir à bout de ce Dragon. Ils allaient devoir faire preuve d’une force de frappe importante ainsi que d’une organisation solide afin d’éviter des pertes en masse.
Tous, se voyaient en Héros, achevant la Bête de leurs propres mains mais ignoraient tout de l’adversaire. Le seul ayant porté une attaque qui blessa le Dragon était jusqu'à présent Qky…
Les nains se contentant de se protéger derrière leurs gros boucliers qui rougissaient sous l’effet du feu.

Mais le dragon, comme doué d’une intelligence hors du commun, s’en prit à son plus farouche assaillant qui de par sa faible constitution fut obligé de s’éloigner hors de portée des flammes.

Encerclé par les gros costauds du Clan des Avatars, le dragon ne pouvait prendre son envol sans baisser sa garde et risquer de prendre un coup violent dans la chaire tendre et fragile du dessous de l’aile de la part d’un de ceux qui le ceinturaient.

Firelabar criait ses directives à chaque Avatar. Il organisait depuis longtemps déjà les grands combats menés par les troupes du Clan. Le plan était simple, se mettre au contact, encaisser des coups et se soigner mutuellement lorsqu’ils en avaient la possibilité. Dès que l’un d’eux serait en danger, il s’éloignerait et laisserait sa place à un combattant plus frais. Les Halfelins, les Gomes et les Elfes se chargeant d’étourdir la bête et lui infligeant le plus de dégâts possibles. Leur nombre ferait leur puissance. Leur organisation ferait leur succès.
Malheureusement, les renforts tardaient et presque plus aucun de ceux qui était au contact avec le Dragon n’était en état de résister encore fort longtemps. De plus, les cris et ronflements de l’animal empêchaient certains d’entendre les cris de Firelabar et se retrouvaient perdus et désorientés n’ayant plus aucune idée du plan en constante évolution.

Qky qui faisait marche arrière tout en gardant le dragon en vue trébucha sur la palissade que Gipsyking avait dressé à quelques pas de lui bien longtemps avant de se faire exproprier de leur village. L’Halfelin fit une roulade en arrière en courbant le dos tel un gymnaste et se releva sur la pointe des pieds en sautillant sur place. Les tremblements dus aux petits bons de Qky eurent pour effet de déclencher un piège…
Il fallut quelques temps aux autres Avatars pour s’apercevoir de la disparition de leur ami tellement ils étaient préoccupés par la tournure que prenaient les évènements.

Firelabar voyait tous ses plans déjoués par la bête. Alors qu’ils pensaient avoir le bon bout et qu’ils le tenaient immobile se rapprochant de plus en plus, les Avatars furent à leur tour encerclés par ce qui semblait être des centaines de petites boules de feu tourbillonnant à une vitesse qui les rendait à peine visibles. L’ensemble des guerriers fut alors frappé, certes moins fort que par une flamme, mais assez pour chambouler tous les projets de victoire rapide et aisée.

Firelabar prit sa grosse corne de brume et souffla de toutes ses forces. Le son retentit loin au-delà de la forêt à l’Ouest. Une nouvelle idée naissait dans son esprit mais pour cela, il fallait battre en retraite.

-Ayant remarqué que le venin de Qky faisait son effet, et que Xarcan avait endommagé l’aile droite de l’animal, le stratège Avatar imagina d’achever les palissades des Gipsyking et de profiter du lac ainsi que du cours d’eau pour emprisonner le Dragon qui ne pouvait certainement plus s’envoler dans cet état. Une fois emprisonné, il aurait été facile d’en venir à bout en lui lançant divers projectiles et laissant le poison faire son effet.

Firelabar se chargerait de terminer les deux morceaux de mur manquants à l’ouest et King achèverait le Nord. Pendant ce temps, tous se retrancheraient derrière les murailles sauf Groûmphhh et Xarcan qui se chargeraient d’attirer le monstre vers Akfar qui siégeait de l’autre côté de la rive, les pieds dans l’eau et bien préparé à encaisser de nombreuses flammes.
Ils auraient besoin des talents de tous afin de soigner les blessures des vaillants combattants qui avaient bien dégusté.

-Les mouvements de troupes avaient débutés. King avait pris place pour la construction mais n’avait pas assez de matériaux, cette tâche fut alors déléguée à Gargak qui en possédait en conséquence. Akfar était en place et Firelabar clouait les premières planches reliant les morceaux de palissade. Groûmphhh jetait des cailloux sur le monstre et Xarcan courait dans tous les sens en criant afin d’attirer son attention. Les deux se dirigeaient lentement vers l’estuaire Nord-ouest d’Avataria en espérant que le dragon tomberait dans le panneau.

Alors que Gargak se baissait pour ramasser les quelques planches de bois nécessaires à sa construction il fut pris pour cible par le dragon qui semblait comprendre ce que les Avatars lui réservaient. Certains d’entre eux furent tellement surpris qu’ils envisagèrent que cet animal soit contrôlé par une intelligence venue d’ailleurs. King du se résigner à emmener Gargak plus loin en le traînant par les pieds mais s’aperçut bien vite que c’était vain. « Une nouvelle victime du dragon à Venger. » Se dit-il.

Blackhawk arrivait à point, il revenait de la forêt et avait passé de nombreuses journées à couper du bois. En association avec King qui emploierait ses planches à très bon escient, ils formeraient l’équipe qui achèverait enfin cet enclos à Dragon. Ce fut rapidement chose faite et les soins commençaient à être prodigués. Tous se sentaient en sécurité et se congratulaient à l’avance pour cette belle victoire qui se profilait à l’horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Ven 13 Oct - 12:31

Chapitre XIV : Les Ombres de la Nuit

-Le bruit de l’instrument ayant sonné la retraite avait attiré quelques curieux… Certains s’approchant un peu trop près de l’enclos se faisaient lécher par une flamme ou l’autre malgré les avertissements de Firelabar. D’autres admiraient le Dragon emprisonné qui semblait ne pas apprécier le tour que les Avatars lui avaient joué.
Ainsi, un dénommé DurDur s’approcha de Firelabar et lui donna trois petits coups de coude afin d’attirer son attention:
« Salut moi c’est DurDur, quelle grosse bête, dis donc… Elle est à vous ? Vous essayez de la dresser ??? »

Firelabar se pencha vers l’elfe qui lui semblait assez sympa :
« Heu… A nous, heu… Je dirais plutôt qu’elle est prisonnière des Avatars, enfin, j’espère…Elle en a déjà renvoyé quelques uns vers l’au-delà, mais on tient le bon bout, c’est plus qu’une question de temps. »

DurDur fit de grands yeux étonnés :
« Quoi, des gros nains comme vous, elle vous a fait si mal ? »

King Devil avec un léger pincement au cœur :
« Y’a pas eu qu’un nain… Un orc et un Halfelin on péri. Si tu veux nous aider, on est preneurs »

DurDur plissant le front et se frottant les mains :
« Ben justement, je suis Ambassadeur du Clan des Ombres de la Nuit, je vais en parler à ma chef, Eressëa, on peux peut-être s’allier… »

King pressé d’en revenir au Dragon :
« On verra ça plus tard, le plus urgent est d’achever ce monstre… Tu marches avec nous ? »

DurDur brandit son arc vers le ciel :
« Qu’est-ce qu’on attend alors ? »

-Regroupés à l’Est, Akfar, Groûmphhh et Xarcan se soignaient mutuellement en attendant Mar1 qui n’était plus très loin. Akfar, toujours les pieds immergés afin de pouvoir se refroidir en cas de flamme, en profitait pour faire un petit brin de toilette…
Il posa ses armes et ôta sa grosse armure. Le plongeon qu’il fit éclaboussa tout aux alentours jusqu'à Mar1 qui était désormais toute proche…
Akfar, nu comme un ver, n’avait pas remarqué l’arrivée de celle-ci et nageait allègrement se propulsant de ses petits bras poilus et se stabilisant grâce à un battement de jambes régulier et puissant.
Pendant que Groûmphhh faisait panser ses blessures par la Gnomette un peu plus loin assis sur un caillou, Xarcan s’en allait vers le bois. Il avait, à l’insu de tous, emporté les vêtements et équipements d’Akfar.

-Au Nord, King, Firelabar, DurDur et Blackhawk s’étaient réunis pour faire route vers la position d’Akfar. Le détour était important, il fallait franchir deux gués et contourner le lac. Black, qui en avait marre de marcher sauta par-dessus la palissade afin de couper par l’enclos du dragon.
Il commença à courir vers l’estuaire afin de bondir et laisser le dragon sur place mais fut surpris par la rapidité de celui-ci. Déjà, il chargeait, tête la première, chauffant ses naseaux et grognant comme jamais. Il devait sentir la fin arriver et emporterait un maximum d’âmes avec lui.
Firelabar et King, qui connaissaient déjà bien mieux les modus operandi de l’animal eurent beau déconseiller à Black de tenter le coup celui-ci pensait l’opération possible. Maintenant, ils ne pouvaient plus qu’encourager l’Orc dans sa course folle.
Le dragon, qui ne devait faire qu’un pas quand l’orc en faisait dix, rattrapa assez vite sa proie et, d’un coup de patte, la déchira en deux.
King n’en pouvait plus de voir ses amis tomber et se sentait terriblement impuissant face aux évènements :
« Yeaark, encore un… qui sera le suivant ??? Si il faut, ce sera moi ! »

Voulant à tout prix faire payer au monstre ses crimes, il se préparait, lui aussi, passer la clôture. Le bras de Firelabar l’en empêcha :
« Ne fais pas ça, ce serait inutile… On aura encore besoin de toi… N’oublies pas l’enclos que tu as achevé, si on ne peut pas tous se battre, on a tous un rôle à jouer ! »

King reposa le pied à terre. Au loin, il aperçut Ozyris et Roc qui s’apprêtaient à leur tour à franchir la palissade Ouest. Il faisait des grands signes avec les bras et interpella Firelabar :
« Hé, Fire, Y’en a deux autres qui s’aventurent dans l’enclos. Ils ont pas l’air d’avoir reçu le message de retraite… Tu veux pas souffler encore une fois dans ta corne ? »

-Le dragon avait fait demi-tour et s’éloignait de la position d’Akfar qui l’ayant vu s’approcher avait rejoint la berge et balayait la rive des yeux afin de repérer l’endroit où il avait déposé ses effets. Mar1 avait fini de placer les pansements et onguents sur la peau meurtrie du nain cultivateur et cherchait après Xarcan pour lui faire profiter de son savoir faire.
Akfar essayait d’interpeller Groûmphhh en sifflant à l’aide de ses doigts, mais la chose était ardue étant donné la petitesse de ceux-ci qui touchaient à peine la langue.
« Shfiiiuuiit… fwiiuuuiit… Scwchhcheuu..beheuue »
Abandonnant l’idée du sifflement, il sortit ses doigts baveux de sa bouche et tenta de l’appeler tout simplement sans se faire repérer par la petite gnomette :
« Hé, Groumph… Groûûuumphhhh… Viens par ici discrètement. »

Groûmphhh un peu surpris s’approcha du nain encore à moitié immergé ne faisant pas du tout attention au volume de sa voix :
« Ha, ben t’es là… Qu’est-ce qui y’a ? »

Akfar se plongeait un peu plus dans l’eau, le froid commençait à le déranger :
« Chhht, moins fort, tu vois pas, je suis tout nu. Ca doit être ce bachi-bouzouk de Xarcan qui s’est tiré avec mes fringues… C’est malin, ça… Ch’ui à poil maintenant ! »

Groûmphhh s’en allait d’un pas nonchalant en rassurant Akfar à haute voix :
« T’inquièèèète, je vais te les retrouver tes fringues… puis, c’est pas bien grave d’être tout nu. »
Il se mit à rigoler en s’éloignant prenant la direction de Xarcan qui avait pendu la chemise, le pantalon, les bas, tout… En hauteur et hors de portée des nains.

Alors que la victime s’apprêtait à sortir de l’eau, deux amas d’algues emmêlées en guise de sous-vêtements, Mar1 apparut à l’ombre d’un gros rocher. Les rires attirèrent l’attention d’Akfar qui plongea de suite à nouveau dans l’eau.
Mar1 repris son souffle pour mieux chambrer le Nain :
« Wow, la claaaasss… Ton slip d’algues tressées, c’est très tendance »

Akfar qui ne pouvait s’empêcher de rougir rétorqua d’un ton lassé
« Ho, ça va hein.. ça va… »

Kaldar arriva à point sur son beau cheval pour décrocher les habits de son ami et participer à la rigolade. Akfar jurait à Xarcan qu’il aurait sa vengeance et les trois autres retenaient le Nain bien décidé à le lui faire payer immédiatement… Une bonne bagarre, puis un bon verre et tout serait oublié…

-Firelabar porta la main à la ceinture afin de prendre son instrument. Quelle ne fut pas sa surprise quand il s’aperçut de la disparition de celui-ci. Il essayait rapidement de se souvenir de l’endroit où il avait bien pu le perdre, mais en vain.
Prenant sa plus grosse voix, lançant de petits cailloux enrobés par un morceau de papier sur lesquels était griffonné « retraite », il tentait désespérément d’avertir l’humain et le nain qui risquaient leur vie à l’intérieur de la prison du dragon.

Voyant que les deux s’entêtaient à frapper le monstre sans réellement le blesser, King et Firelabar s’écartaient de la zone dangereuse et rejoignaient le groupe à l’Est. Bientôt Qky, Shaliman et Marmott seraient là et les choses sérieuses pourraient débuter.
DurDur avait contacté son chef, les Avatars parlementaient avec les Ombres sur les conditions d’une alliance entre leurs deux clans.
Les choses se déroulaient bien tant avec le dragon qui ignorait Ozyris et Roc et visait un nain inconnu au loin, qu’avec les membres du clan qui, bientôt, ferait front avec eux.

-Shaliman s’aplatissait pour passer par-dessous la première planche de la palissade. Une roulade dans l’herbe lui permit de se relever du bon côté de la barrière, assez proche du Dragon pour l’admirer sous toutes les coutures. Le curieux s’était aventuré bien près espérant ne pas se faire voir par l’animal. De plus, pensait-il, l’animal était bien trop occupé avec les deux Avatars lui frappant les genoux. Un arbrisseau bien trop mince derrière lequel il s'était abrité laissait apparaître les bandelettes de cuir de son pagne de chaque côté du tronc jusqu’a une petite botte pointue.

Le Dragon avait bien remarqué Shaliman et inspira un grand coup afin de cracher sa flamme aussi loin que le petit Halfelin l’était. L’arbre ne le protégea que très peu et Shaliman tomba complètement desséché. Seule sa belle cape en soie semblait indemne.

-Ozyris et Roc s’évertuaient à asséner toute une panoplie de coups divers et variés mais ne trouvaient toujours pas la parade. Leurs armes, si belles et efficaces furent-elle, ne parvenaient pas à endommager les écailles du Dragon. Seule la magie pourrait venir à bout de l’adversaire, mais Roc n’y comprenait rien en magie et l’humain débutait seulement son apprentissage.

Malgré cela, ils avaient la foi. Convaincus que leurs camarades allaient bientôt être retapés, ils bravaient les attaques du Dragon et répliquaient avec tout autant de vigueur.
Les renforts seraient bientôt là et tous deux survivraient à la colère du terrible ennemi.

Soudain, comme un souffle apaisant, un air mélodieux vint éclaircir le ciel. Les notes semblaient flotter sur un nuage de velours avant de venir titiller les tympans des Avatars. La chaleur qu’elles apportaient était intense, se fixait tout autour du cœur et redonnait de l'ardeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 23 Oct - 17:30

Chapitre XV : Tueurs de Dragons


-Les Avatars entendirent le chant. L’air leur était inconnu mais la voix ressemblait fort à celle de leur chef. Il se tenait là, de l’autre côté du lac entouré comme d’une lumière qui n’était que les flambeaux de ses compagnons luisant dans la nuit. Eressëa, la cheftaine des Ombres de la nuit secondée par DurDur prit place aux côtés de Marmott et se mit à chanter le même air que le chef Avatar. L’ampleur du volume était telle que les plus proches devaient boucher leurs oreilles.
Le Dragon n’aimait pas cette mélodie qui l’enivrait. Il titubait plus que Xarcan un mauvais soir.

Mar1 se concentrait, joignait les mains délicatement et visait la tête de l'ennemi. Elle envoyait des Rayons de Givre à n'en plus finir, le froid pénétrait la chair de l'animal et l'empêchait de souffler ces maudites flammes. La quasi totalité des Avatars étaient revenus pour soutenir les deux intrépides qui siégeaient toujours fièrement aux côtés du Dragon. Les enchaînements de diverses frappes venant de toutes part eurent bientôt l'effet escompté, le Dragon fléchit son long cou et tenta d'envoyer valser les plus proches. C'était sans compter l'arme de Roc qui trancha net la grosse tête grise. Le long et rapide mouvement entamé par le dragon associé à la vitesse de la lame acérée de l'épée du nain eurent pour effet de décapiter le dragon avec une précision chirurgicale.

Cette fois ils avaient obtenu leur belle victoire. Le dragon, étalé de tout son long, faisait pâle figure désormais. Ozyris tenta de secouer la bête à l’aide d’un long bâton afin de s’assurer qu’une deuxième tête ne lui poussait pas et qu’il ne reprenait pas ses esprits. Il était bel et bien mort. Le sang continuait d’irriguer les alentours et la circonférence de la flaque dans laquelle Roc et Ozyris baignaient augmentait de seconde en seconde.

Chaque combattant s’approcha du monstre pour le voir de plus près. Après avoir jeté un bref coup d’œil, Akfar sortit de grosses cordes de son sac et commença à nouer les pattes. Il replia les ailes non sans effort, et attacha celles-ci en finissant par rejoindre les extrémités des deux liens sur de grosses barres de fer. Appelant chacun à le rejoindre pour expliquer la manœuvre, il distribuait les différents appareils de traction en fonction de la force et de l’agilité de chaque tireur.
« Yoo, les gars, vous venez un instant… Faut pas qu’on le laisse ici. Z’avez vu la quantité de viande qu’il y a là dedans… »

Kaldar, un peu réticent à faire tout ce chemin en tirant ce fardeau
« De la viande ??? C’est rien que du gras ! Quand tu l’auras cuit, il en restera plus rien ! »

Akfar, vexé par son congénère qui osait mettre en doute ses connaissances gastronomiques
« Comment ça, que du gras, tu t’es vu toi ??? »

Il prit la dernière barre de fer disponible et la projeta en direction de Roc
« Puis d’abord, ça, môssieu c’est de la viande de premier choix, çà !
Et si t’en bouffes pas parce que c’est trop gras, c’est tant mieux… y’en aura plus pour les autres ! »

-Les plus puissants se plaçaient à l’avant, tractant le plus gros du poids tandis que les autres se contentaient soit d’ouvrir la route et dégager le chemin, soit de guider l’arrière train de la bête afin qu’elle ne soit bloquée nulle part.

Et, tels de preux chevaliers, ils revenaient vers le centre économique d’Avataria, la tête du dragon enfourchée au bout de l’arme brandie par Roc, les autres traînant le reste de la bête défunte. C’était un exploit de faire passer celle-ci par-dessus le gué et ensuite encore la tirer jusqu’au refuge, mais l’aspect gastronomique influençait considérablement les vainqueurs affamés.

-Comme la nuit tombait, et que le convoi était à peine à mi chemin, les Avatars décidèrent de faire une pause et allumèrent un feu car il faisait froid. La faim et la fatigue avaient eu raison de certains qui piquaient du nez en observant les claquements des flammes dans l’obscurité.
Les autres discutaient encore de la récente bataille et participaient au débriefing improvisé par Firelabar :
« Bien, hum, j’aimerais votre attention… »

Akfar et Kaldar, faisaient le tour du dragon, continuant leur grand débat quant à la manière de préparer ce met succulent.
Firelabar se tus un instant fixant les deux nains du regard et attendant qu’ils lui portent attention.
Akfar, complètement désintéressé par ce débriefing qui, selon lui « pouvait attendre », dessinait virtuellement de grands traits à même la robuste peau du dragon :
« Regarde, tu fais une incision ici, tu contourne l’os là… »

Kaldar regardait dubitativement les plans de son ami en l’interrompit :
« Ouais, mais heu… On a pas des assez grandes casseroles ??? »

Akfar s’excitait et son débit de paroles augmentait encore et encore :
« Mais, j’ai jamais parlé de casseroles ! Regarde… »
Il reprenait les mêmes mouvements que précédemment :
« Tu découpes là…là… et là…. Et hop, t’a une gigantesque cuisse de dragon, plus qu’a l’embrocher et ça fait un repas pour tout le clan !!! »
Ses yeux luisaient rien qu’à penser à ce gargantuesque repas.
Kaldar commençait à s’imaginer la tablée et soumettait ses idées :
« Et on pourrait aussi découper là, un grand coup, et on a de quoi inviter les Eressëa et les siens au banquet ! »
Akfar fit un grand clin d’œil à son homologue :
« T’as tout compris… Vivement demain… »

Mar1 envoyait de petits cailloux en direction de roc car celui-ci commençait à ronfler, Firelabar s’approcha et stoppa le geste de la jeune gnomette et l’incita à déposer le reste de ses munitions au sol.
« Laisse… Il doit être fatigué après tous ces efforts fournis… Puis, regarde les deux autres… Tant qu’on aura pas goûté au dragon, je crains bien ne pas réussir à attirer leur attention …On en reparlera demain… »

King s’empressa alors de rejoindre alors les deux cuistots suivi de Mar1 et de ceux qui ne dormaient pas encore. La cuisine, c’était une histoire de nains, et chacun comptait bien y mettre son petit grain de sel tant lors de la cuisson que pendant la préparation…
Ils étaient désormais cinq à mettre en commun leurs expériences culinaires afin de trouver le mode de cuisson et l’accompagnement qui irait à la perfection à cette viande de premier choix.

Ils n’étaient pas si loin du refuge qu’on aurait pu le croire, mais très peu auraient accepté de rentrer au bercail laissant leur trophée en place jusqu’au lendemain. Les voleurs et charognards sévissaient même dans leur village, parfois. Et les forces leur manquaient pour achever leur périple dans le noir.

-Des bruits de fers retentissaient au rythme d’un trot allègre et délicat. Sur son cheval, Marmott apportait des couvertures faites de peaux d’ours et de gros coussins de lin rembourrés avec des plumes de poules… Derrière lui, Groûmphhh faisait rouler un gros tonneau jusque dans le ruisseau. La cervoise n’avait pas eu le temps de rafraîchir, immergée dans l’eau, que le tonneau était déjà à moitié vide.

Bien installés, chacun dans sa couchette, ils allaient passer la nuit là, allongés de part et d’autre du Dragon. Ils se relaieraient deux par deux pour monter la garde et chasser les opportunistes.
Les deux premiers à veiller au grain furent Akfar et Kaldar. Il fut bien difficile de les convaincre d’aller se coucher leur tour de garde terminé… Durant l’heure qui leur avait été attribuée, ils ne cessèrent les discussions gastronomiques.

Le tour de Mar1 et Firelabar fut beaucoup plus calme, ils discutaient à voix basse de la bataille…
Le nain mettant à profit toute son expérience de la guerre afin d’inculquer les rudiments du combat en bataillon à sa nouvelle élève très assidue.
Le ton était calme et posé, l’ambiance était sereine…
Ce qui permit à Kaldar et Akfar de se laisser aller à rêver du Festin à venir.
Puis, ce fut au tour d’Ozyris et Roc de remplacer Mar1 et Firelabar…

Dès l’aurore, tous se remettraient en route et atteindraient leur but dans l’après midi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 30 Oct - 23:08

Chapitre XVI : Une idée qui grandit

- Depuis leur domination écrasante lors du Grand Tournoi, les Avatars qui avaient eu l’opportunité de combattre ainsi que ceux qui n’avaient pas pu s’inscrire rêvaient de voir naître un tournoi par équipe que leur avaient laissé entendre les organisateurs.
Malheureusement, surchargés par la masse de travail que demandait l’élaboration d’un tel évènement, ils n’avaient pu donner suite à leur idée.
Fréquemment, Marmott, Xarcan et Firelabar envoyaient des missives à McGregor pour en savoir plus, mais la réponse était à chaque fois la même : « Désolé, trop de travail, pas le temps pour l’instant. »

- Lentement, le jour se levait sur Avataria, la lumière commençait à donner un reflet argenté au pré humide dans lequel la troupe dormait encore à point fermé.
Mar1 avait fait un tour par le poulailler afin d’y collecter un maximum d’œufs sans perturber les volailles qui auraient, à coup sur, réveillé tout le village avec des hurlements effrayés. Elle avait remarqué un gros rocher qu’elle voulait positionner sur les braises encore vives du feu de la veille, mais la force lui manquait. Elle le nettoya soigneusement du faire appel à Xarcan :
« Psst, hé… psssst… Xarcaaan, j’ai besoin de ton aide… »

Un peu surpris, ce dû au fait qu’il fallait presque à chaque fois insister pour le mettre debout, Xarcan se demandait pourquoi tout était si calme cette fois :
« Hein…quoi, qu’est qui s’passe… un problème ?? »

Mar1 l’apaisa avec sa douce et mélodieuse voix :
« Non, t’inquiète pas… C’est juste que j’ai besoin d’un coup de main. Tu vois la grosse pierre là, faudrait la mettre dans le feu, mais j’y arrive pas… c’est trop lourd… Alors j’me suis dit que toi..»

Xarcan, pas enchanté de se faire réveiller avant le champ du coq pour déplacer un rocher :
« Quoi, tu me réveilles moi, à des heures pas possibles, pour bouger ton p’tit cailloux ??? Mais qu’est ce que tu vas faire avec un caillou dans le feu ??? Ca mange pas des cailloux un gnome quand même ? Puis pourquoi moi… Tu sais bien que les orcs, ça doit Beaucouuuuup dormir ! »

Mar1 fit un pas en arrière, un peu intimidée par le ton de Xarcan, mais plus qu’effrayée par le visage tout flétri de l’orc au réveil :
« Ben, j’me suis dit que comme t’es le plus fort du clan, ça te poserait pas de problèmes…
C’est pour faire à manger, tu sais. Après t’aura qu’à te recoucher et t’aura de bons œufs au réveil ! »


Xarcan fit un sourire à peine perceptible dans l’amas de plis que faisait la peau de son visage. L’idée d’un bon petit déjeuner et surtout celle d’être considéré comme « le plus fort du clan » par la petite Mar1 l’avaient mis de bonne humeur :
« Allez, hop, c’est quel cailloux que tu veux ? »

Mar1 lui montra le rocher et l’emplacement. Après quelques rectifications d’angle et d’assiette, tout était au point et la gnomette pouvait débuter la cuisson.
Xarcan ne se recoucha pas, il assista Mar1 dans son labeur et chantonnait à voix basse une improvisation sur le seul air qu’il parvenait à retenir, celui de « c’est nous les forgerons » :
« C’est nous les cuisiniers-é-é
Les plats qu’nous préparons-on-on
On va tous les manger-é-é
Car ils sont vraiment bons-on-on

Avec mon beau fouet-et-et
Je bat dès qu’je peux l’faire-air-air
La farine et le lait-ait-ait
Dans mon grand plat en verre-er-er… »


Et Mar1 de poursuivre en rigolant :
« Oui mais mon p’tit Xarcan-an-an
Fait gaffe à c’que tu fais-ais-ais
Avec tous tes mouvm’ents-ent-ent
Ta fait tomber le lait-ait-ait… »


Les deux éclatèrent de rire.

-Peu à peu, la luminosité devenait importante et réveillait naturellement les avatars un à un. Tandis que Qky faisait bouillir de l’eau en y laissant infuser quelques tiges d’herbe de Tinlent, ce qui dégageait une odeur très agréable, Marmott se chargeait de lever ceux qui traînaient la patte. Mais le fumet des œufs, du lard et de l’infusion de l’Halfelin avaient vite raison de la paresse des derniers.

Le chef profita du déjeuner pour émettre l’idée qui germait dans son esprit :
« Je sais que plusieurs parmi vous n’ont pas eu l’occasion de participer au dernier tournoi, et que certains n’ont même pas encore eu l’occasion de prouver leur valeur lors d’une guerre ou d’un conflit. Même ceux qui y on participé et qui, par la même, nous ont représenté avec brio, voudraient revivre les même émotions.
C’est pourquoi, je me disais que si les Organisateur ne peuvent pas s’en occuper, pourquoi ne nous en occuperions nous pas entre Avatars ???
Nous possédons l’enclos à Dragon qui ferait office d’Arène, nous disposons d’artisans très doués pour fournir une récompense aux vainqueurs et nous pouvons rendre nos bâtiments accessibles aux participants pour se retaper entre les combats.
Pour les déplacements, nous pouvons envoyer des chevaux…
Nous ne manquons pas de ressources, si nous avons la motivation, nous pouvons le faire ! »


Les Avatars, encore un peu grogis de l’effort fourni la veille, buvaient les paroles de leur chef comme du petit lait. Ils n’étaient pas très réactifs mais semblaient complètement convaincus de la faisabilité de la chose.

Groûmphhh se leva d’un trait et leva le poing :
« Oui, oui, oui, moi, moi… Je peux fournir des Topis et des Lumbos pour les combattants…
Puis, je veux participer ! Me suis encore rarement battu, moi, puis ça avait l’air marrant l’autre tournoi ! »


Mar1 qui tendait une gamelle à Marmott :
« Dis, chef, moi je voudrais bien participer, mais je sais pas si je suis assez costaude…
Puis, je me suis pas encore beaucoup battue non plus… »


Marmott saisit son petit déjeuner et regarda chaleureusement la petite gnomette :
« Pas de souci, on a chacun nos qualités et nos défauts… C’est pour ça que c’est bien un tournoi par équipe, on peut combler les lacunes des autres avec ses propres avantages ! Tout le monde est le bienvenu, y’a plus qu’a former les équipes »

-Akfar avait engouffré sa ration avec un empressement impressionnant et était déjà en place près des cordages du dragon. Kaldar le rejoint et King suivit pendant que Firelabar achevait son plat en toute hâte afin d’aider ses amis au plus vite. Les quatre Nains réunis commençaient la manœuvre et à eux seuls n’éprouvait aucune difficulté à tracter le bestiau. Ce qui ravissait Xarcan toujours au côtés de Mar1 et dégustant leur cuisine à son tour.

Mar1 leva la tête pour regarder l’Orc dans les yeux :
« T’irais pas les aider ? Gros costaud »
Puis lui fit un p’tit sourire malicieux…

Xarcan prenait son temps pour mâcher et avaler la nourriture :
« Bah, ils s’en sortent bien tout seuls… Puis qui c’est qui s’est fait réveiller super tôt pour bouger un rocher et puis qui a fait toute la cuisine… hein… »
Le clin d’œil mutuel qu’ils s’adressèrent voulait en dire beaucoup.

- Une fois Groûmphhh placé à la queue, le travail était d’une simplicité déconcertante par rapport à la veille. La clarté du jour et la faible pente du terrain semblaient faciliter considérablement la fin de la mission.

Ils achevèrent leur périple dans la matinée et commencèrent les découpes. Les cinq connaisseurs sortirent leur lame la plus acérée et débitèrent le monstre en steaks, contre-filets, entrecôtes diverses. Le travail fut achevé avant même l’arrivée des poursuivants. Ils profitèrent donc de leur avance pour être les premiers à se laver au point d’eau. Les suivants s’occuperaient bien de saler la viande et de la placer en lieu sur.

Les cinq Nains plongèrent ensemble dans l’eau et arrosèrent tout aux alentours. La quantité d’eau éjectée de la petite mare était énorme. Une fois bien installés et immergés, ils continuèrent les discussions à propos du tournoi. Des ébauches d’équipes voyaient le jour et on réfléchissait aux prémices du règlement.

-Impatient de voir « leur » tournoi débuter, Xarcan incita Gargak à laisser les autres s’occuper de la viande et l’emmena dans le refuge pour commencer la rédaction de l’avis et l’envoi des missives aux différents clans susceptibles de participer.

Marmott, qui se demandait ce que complotaient les deux Orcs dans le bâtiment voisin s’approcha
et fut ravi de voir que son idée contaminait tout le clan. En se rendant au point d’eau pour s’abreuver, il surprit le groupe de nains discutant du même sujet.

Ne voulant en rien perturber la motivation de ses troupes, il s’attela, en compagnie de Shaliman, Ignatius et Mar1, de l’entreposage de la nourriture.

L’organisation de leur premier tournoi était dans toutes les têtes.
A Avataria, on ne pensait déjà presque plus à ce fameux Dragon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Mer 22 Nov - 12:38

Chapitre XVII : Trois contre trois

-Un énorme bûcher trônait à Avataria non loin du refuge. On aurait pu croire à une punition publique digne des plus vils clans d’Elaeron mais il n’en était rien. La procession qui amenait l’objet destiné à cet âtre était constituée du Chef Avatar, de son Bras Droit, de l’Ambassadeur et le Trésorier fermait la marche. Les élections récentes avaient décidé Marmott à laisser cet honneur aux Avatars récemment nommés dans leurs attributions.

Chacun d’eux tenait fermement un coin du plateau sur lequel étaient entreposées une cuisse et une aile du Dragon. Akfar et Kaldar avaient soigneusement embroché chaque morceau de viande et les disposaient à bonne distance des flammes pour une cuisson régulière.
Cela allait prendre du temps mais c’était l’occasion de répondre à quelques questions restant en suspend à propos du tournoi.

Xarcan fut le premier à prendre la parole :
« Bon, les messages ont été envoyés, j’attends les réponses… »

Firelabar suivit :
« Pour ce qui est du règlement, c’est rédigé. Y’a juste un problème quant aux arènes…
Si y’a beaucoup d’inscrits, ils faudra deux arènes… Alors, je peux dresser une palissade, mais ça deviendra fort petit… »

Marmott répondit :
« Hum…
Beau travail jusqu’ici, les gars… Mais il est vrai que pour les arènes, ça pose problème…
Et j’avais aussi pensé aux transports à cheval entre les combats, ça risque d’être long…
Qu’a cela ne tienne ! Nous voulons notre tournoi… Nous l’organiserons !!!»


-Le message était bien parvenu aux différents destinataires des missives de Xarcan et Gargak. Les poules voyageuses avaient parfaitement exécuté leur mission et reprenaient déjà le chemin du retour munies ou non d’une réponse favorable.

Les chefs de clan en particulier, mais aussi les participants au précédent tournoi furent invités. Les organisateurs furent informés de la volonté des Avatars et leur participation était aussi la bienvenue.

Malheureusement, très peu de réponses positives furent réceptionnées…
Peut-être était-ce l’imminence des combats, peut-être que certains croyaient que ce tournoi ne serait pas équitable si il était organisé par quelques participants, tant de raisons furent évoquées pour expliquer le peu de succès qu’eut cet appel aux volontaires.

Les Avatars étaient en nombre et aucune équipe complète n’avait postulé. On tenta de monter quatre équipes équitables tenant compte des affinités de chacun. On s’était résolu à devoir faire se battre dans la même équipe des participants qui n’étaient pas forcément amis.

La bonne nouvelle était que McGregor mettait ses arènes ainsi que sa machine téléporteuse à disposition pour faciliter l’organisation. Cela régla d’un seul coup bon nombre de problèmes.

Les inscriptions étaient donc clôturées, le nombre de participants ayant atteint la limite de douze, les arènes disponibles et la date était fixée.
Dans très peu de temps, quatre équipes de trois combattants s’affronteraient dans deux demi-finales d’une durée de sept jours maximum qui amèneraient les vainqueurs au combat final.

Deux équipes composées uniquement d’Avatars : Akfar, Xarcan et Gargak ainsi que Marmott, Ignatius et Firelabar seraient opposées respectivement à Mar1, Qky et DurDur ainsi que BlackX9, Pfhil et Groûmphhh.

Il leur restait juste le temps de terminer leur préparation et ils se verraient téléportés dans les arènes désignées. Les paris étaient ouverts et l’équipe menée par Xarcan connaissait déjà un vif succès. Leur participation et victoires à la précédente édition leur valaient une solide réputation.

-Ignatius distribuait ses derniers poissons équitablement entre chaque Avatar présent et tous mangèrent à leur faim avant d’entamer les hostilités. La consommation de quelque nature qu’elle soit étant interdite dès le début du Tournoi.

Prenant ses coéquipiers en apartée, Marmott éveilla quelques soupçons dans le chef de ceux qui ne tarderaient pas à être leurs concurrents. Il ne voulait que mettre quelques petits points au clair, mais son petit air malicieux fit s’interroger Gargak.
Une fois à l’abri des regards indiscrets, l’Elfe prit son souffle et avoua :
« A vrai dire, je suis pas vraiment taillé pour ce genre de tournoi, moi… D’habitude, j’ai mon cheval… Puis là, j’suis pas top en forme… Vous voyez quoi ! Mais bon, faut qu’on établisse une tactique en fonction de chacun ! »

Gargak avait saisi Akfar et Xarcan par le bras et les tirait en direction des trois autres.
Non loin du groupe de Marmott, l’Orc forma un petit cercle avec ses deux coéquipiers et imita l’air concerné de leur Chef mais il ne dit mot.
Xarcan qui se demandait la raison d’une telle agitation :
« Ben quoi… Pourquoi tu nous as tiré jusqu’ici ?? En plus, tu m’as fait mal au bras ! Faudrait vraiment que tu te coupes les griffes !»

Gargak qui continuait à épier Marmott et imitait ses signes :
« Ben j’sais pas trop en fait… J’me suis dit qu’il fallait qu’ils voient qu’on fait aussi des stratégies top secrètes… Ca va les impressionner ! »

Akfar souriait à Gargak :
« Bah, notre tactique… On leur rentre dans le lard et on les écrase !!! J’vois pas trop c’qu’on peut faire d’autre… »

De son côté, Ignatius révélait ses qualités et ses défauts à Firelabar chargé par Marmott d’étudier les différentes stratégies :
« Ben moi, j’suis un Halfelin avec mes capacités d’Halfelin quoi… C’qui est sur, c’est que tu m’as l’air bien plus costaud que moi…hihi… »

Après mure réflexion, Firelabar expliqua sa manière de voir leur premier combat :
« Bon, hum… J’ai un peu analysé les caractéristiques de chacun d’entre nous ainsi que celles de nos adversaires. J’ai collecté des renseignements quant aux tactiques de combat employées par ceux-ci. J’ai reçu des informations sur les conditions climatiques et géologiques de l’emplacement des arènes…
Grâce à ce travail de longue haleine, j’en suis venu à la conclusion suivante :
On leur rentre dans le lard et on les explose !!! Y’a pas grand-chose d’autre à faire. »


-Groûmphhh se sentait un peu seul dans son coin, le petit cahier stratégique à la main. En attendant ses équipiers, il réfléchissait à la manière de se battre contre de telles équipes.
Il avait reçu quelques courriers de ses partenaires lui expliquant leurs idées et lui demandant d’exposer la sienne. Depuis quelques heures déjà, il faisait face à cette feuille blanche sans rien y inscrire. Soudain, un éclair de génie… Il fallait absolument ne pas perdre le fil de ses idées… Il prit le crayon et nota tout de long en large accompagné d’un schéma. Avant de plier le papier, il relut : « Ma Tactique : On leur rentre dans le lard et on les effrite !!! C’est tout ce qu’on peut faire… »

-Qky faisait part de son expérience à Mar1 qui écoutait attentivement. Elle rêvait d’être une grande guerrière et désirait vraiment être à la hauteur pour le Tournoi. L’Halfelin expliquait dans un langage complexe toutes les formations de bataillon qu’il avait pu mettre en œuvre lors de l’invasion des elfes noirs :
« … et alors, l’Elfe noir, qui était un elfe noir assassin… beaaaaauuucoup plus fort qu’un simple elfe noir ou même elfe noir cavalier…. Il s’approcha de notre section… on appliqua la manœuvre dite « de séparation de section » ou bien encore appelée « manœuvre d’Hoppsilith » du nom du fameux général des forces Halfelines au temps de la grande époque où… »

Mar1 n’y comprenait plus rien tellement l’Halfelin s’emballait en racontant ses histoires, elle l’interrompit pour lui soumettre une question :
« Dis, heu, Qky… J’me disais qu’on pouvait, heu, comment dire… Ce serait pas bien si :
On leur rentre dans le lard et on les éclate !!! Franchement, je vois que ça… C’est Firelabar ou Akfar qui m’en a parlé un jour… M’ont dit que c’était une tactique de nain mais ça marchait très bien ! »


Dès le lendemain, ils seraient en place pour se rentrer mutuellement dans le lard et ce dans la joie et l’allégresse. Tous trépignaient d’impatience à l’idée de se tester… surtout face à leurs amis. Eux qui s’adonnaient assez fréquemment au jeu du plus fort sans pouvoir véritablement comparer au risque d’y laisser des plumes.
Cette fois, la chose était organisée ils avaient une bonne raison de se bagarrer. Mais le plaisir resterait le même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Jeu 3 Mai - 0:29

Chapitre XVIII : Magies et Armures

Les stratégies bien rodées, les combats pouvaient débuter. Tandis que certaines équipes attendaient l’adversaire, d’autres se ruaient dans la mêlée voulant certainement mettre à mal les tactiques préétablies.
Ainsi, BlackX9 se trouva assez vite au contact de Marmott. Le pauvre Elfe avait tenté par deux fois de se dissimuler en vain. Chaque fois, le vent soufflait et sa cachette ne convenait plus.
Ignatius se concentrait afin de frapper avec plus d’habileté et Firelabar s’approchait du gnome.
En face, Groûmphhh attendait l’occasion propice à l’assaut en faisant obstacle devant Pfhil qui ne risquait rien derrière ce mur.

Un fait était évident, les adversaires se connaissaient bien, tant dans un match que dans l’autre. Les plus dangereux étaient pris pour cible dès le début et on faisait tout pour les éliminer au plus vite. Une bénédiction pour les nains qui pouvaient espérer rester plus longtemps au combat.

Dans l’autre arène, Qky avait forte affaire avec Xarcan et Gargak qui eux, tenaient bon face aux dévastatrices griffes animales de DurDur.
Gargak porta un énorme coup en direction de l’Halfelin qui tenta une esquive mais ne pu que limiter les dégâts. Xarcan qui avait prit son élan pour frapper dans la foulée, glissa dans la mare de sang et saisit un long pieu de fer qui traînait, là, en plein soleil et dont l’extrémité était rougie par la chaleur. Dans son déséquilibre, il tenta malgré tout de frapper Qky et visa en plein sur le bras ensanglanté de l’Halfelin. Le mouvement de Xarcan était faible et imprécis. Le métal chaud entra en contact avec la plaie béante et cautérisa celle-ci.
Sans le vouloir, Xarcan venait, non seulement de perdre une belle occasion, mais de plus, il avait soigné son adversaire. Celui-ci le remercia vivement :
« Hé merci mon pote… Fallait pas. Tiens, pour te remercier… »
Avec un air narquois, il ouvrit la bouche et arrosa Xarcan de son venin.

Gargak, qui n’avait pas bien tout saisi au déroulement des actions frappa toujours aussi fort et toujours au même endroit. La plaie s’entrouvrit à nouveau. Xarcan saisit le petit Halfelin par le bras et prit le temps de lui glisser un dernier mot en sortant les crocs :
« Ronondidju, j’vais pas faire deux fois la même erreur… Dis-moi, ça a quel goût le sang Halfelin ? »

Qky complètement impuissant dans les énormes pattes de l’Orc se débattait sans relâche. Xarcan présenta la blessure à hauteur de sa bouche et commença l’aspiration. On pouvait voir l’Halfelin se vider de sa substance… Ce fut le premier à plier, laissant le champ libre aux « gros costauds » qui n’avaient plus qu’un mot à la bouche : « Trouver DurDur ! »

-L’autre combat se faisait plus incertain. Ignatius s’aventura un peu trop loin, le temps de fixer un adversaire et fut pris soudain d’un coup de froid. Pfhil, qui avait bien anticipé la manœuvre attendait que l’Halfelin s’avance pour lui envoyer un rayon gelant.
Le rayon frôla la marteau brandit de Firelabar qui s’apprêtait à cogner BlackX9. La frappe ne fut nullement perturbée par le froid passant. Le marteau atteignant sa cible et infligeant de graves blessures au gnome.
Le Morgenstern de BlackX9 lancé à toute allure approcha de Marmott qui, dans un réflexe impressionnant, évita celui-ci et se rua sur l’adversaire. L’arme de l’elfe tendue vers l’avant toucha Black dans le bas-ventre. Ne voulant certainement pas en rester là, le Gnome tenta à nouveau une frappe qui toucha au but. Quelques échanges de coups de part et d’autre suivirent. Blessé, le gnome recula en direction de ses coéquipiers, non sans avoir précédemment eu la peau de Marmott.
D’un bond d’une hauteur de facilement trois nains, Firelabar prit place entre les deux Gnomes de l’équipe adverse. En atterrissant, il se roula en boule et, bien aidé par le poids de son armure ainsi que sa propre masse corporelle, fit trembler le sol dans un rayon de dix pieds.
Ce fut le coup de grâce pour Black qui, ébranlé par les mouvements de terrain, tomba et heurta un rocher de plein fouet. Il ne bougea plus…
Pfhil avait aussi pâti de la manœuvre du Nain. Mais elle était toujours là et ne bougeait pas.
Ignatius, qui ne craignait pas les attaques de Pfhil s’approcha encore pour pouvoir atteindre Groûmphhh avec son venin. Le nain n’était pas bien équipé et le poison fit effet sur de nombreuses parties de son corps encore nues. Heureusement, il était assez résistant…

Voyant que la Gnomette était inactive, Firelabar tenta de l’éloigner d’Ignatius en la poussant de l’épaule. Mais il ne se doutait pas qu’une Gnomette puisse être si lourde. Elle ne bougea pas d’un poil. Si ce n’est pour joindre à nouveau les mains en direction d’Ignatius et envoyer le rayon fatal.

Firelabar faisait face, désormais, à deux adversaires déjà endommagés alors que lui n’avait encore subi aucune attaque. Quelques coups de marteau suffirent envoyer au sol la jeune Pfhil qui s’était défendue tant bien que mal face à la masse de muscle qui trônait devant elle.
Groûmphhh s’en donnait aussi à cœur joie, mais l’armure de Firelabar faisait une bonne partie du travail en encaissant la majorité des coups portés par son camarade Nain.

-Durdur s’évertuait à faire bon usage de ses pouvoirs magique contre Gargak qui semblait ne pas apprécier du tout les chants mélodieux de l’Elfe. Les oreilles de l’orc étant bien plus sensibles aux son agréable des rochers qui s’entrechoquent qu’aux incantations elfiques.
A force de petites frappes bien placées afin d’éviter l’armure de son adversaire, Durdur fit plier celui-ci. Très fier de sa performance, il chambrait les deux combattants restant et exhortait Mar1 à profiter de la situation pour faire, à son tour, usage de sa magie. Ce qu’elle fit promptement, blessant Xarcan qui semblait le moins robuste des deux.
Malheureusement, la petite Gnomette se plaça dans la foulée de Xarcan qui profita de l’occasion et plongea sur Mar1 qui avait beau se débattre, elle était empêtrée dans les griffes longues et acérées de l’Orc.
Malgré quelques tentatives de Durdur pour défaire sa partenaire de l’étreinte de Xarcan, Mar1 était en bien fâcheuse position. Alors que Xarcan, préférant cette méthode à de gros coups barbares, étouffait petit à petit la gnomette, Durdur continuait à frapper ses adversaires bien camouflé et introuvable pour l’instant.

Mais Akfar et son comparse ne l’entendaient pas de cette oreille et, une fois le compte de Mar1 réglé, mirent la main sur l’Elfe camouflé grâce à une recherche bien organisée. Celui-ci connaîtrait bientôt la même destinée que Qky, pris en tenaille entre l’Orc et le Nain et totalement à la merci de ce ces derniers.
Chacun des deux saisit une extrémité de l’Elfe, Xarcan prenant les bras et Gargak les pieds, il se retrouvait étiré à l’horizontale entre les deux costauds qui, se penchant en arrière, profitaient de leur poids pour écarteler le petit Durdur gémissant.
Dans un mouvement parfaitement synchronisé, ils le firent osciller de bas en haut avant de le fracasser sur un rocher avoisinant.
Plus un mouvement, pas même un murmure, de la part de Durdur ne fut décelable.

Les vainqueurs du premier combat étaient bien les favoris. Les autres s’étaient bien battus, mais les muscles avaient parlé.

-De muscles, il en était question dans l’autre arène qui voyait les deux Nains se contenter de se frapper mutuellement, pas très intelligemment, mais avec une efficacité impressionnante.
Chaque coup touchait sa cible. Groûmphhh, plus habile, frappait du poing les zones non couvertes du corps de Firelabar qui, lui, laissait parler sa puissance en assénant de violents coups de marteau un peu à l’emporte pièces.

Xarcan et Akfar qui avaient gravi sur les palissades de leur arène afin de pouvoir regarder la fin de l’autre combat étaient ravis de voir un tel échange de coups. Le spectacle était à la hauteur des attentes, le bruit du métal s’écrasant sur la chair, les gerbes de sang jaillissantes et les cris des deux protagonistes motivaient les deux spectateurs assis sur leur barrière. Peu importe l’issue du combat, ils seraient heureux de pouvoir, eux aussi, se laisser aller à un tel échange de coups.

Dans l’arène, chaque combattant espérait voir l’autre succomber à sa prochaine frappe. Et à ce petit jeu, Firelabar fut le plus fort. Le corps nu de Groûmphhh encaissant moins bien les coups de marteau qu’il ne l’avait imaginé… Et ses poings étaient d’une terrible inefficacité face à la constitution de son vis-à-vis.
Il vit la fin approcher et se jura que la prochaine fois, il disposerait d’une armure aussi solide que celle de Firelabar et qu’alors, il aurait sa chance.

« Rondidju, je savais qu’c’était utile une armure, mais pas tant que ça…
La prochaine fois, j’vais t’m’le farcir ce Firelabar ! »


Et Firelabar frappa une dernière fois… du moins pour ce round là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firelabar
Avatar
Avatar


Messages : 644
Race : Nain
Métier : Soldat/Mineur/Bucheron/Constructeur

MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   Lun 7 Mai - 19:57

Chapitre XIX : Les livrets manquants

La finale du tournoi par équipe resterait dans les mémoires… et bien heureusement d’ailleurs !
Au cours des évènements qui allaient suivre ce qui resterait le dernier Grand Tournoi du monde d’Elaeron, beaucoup d’archives allaient disparaître sans que quiconque puisse fournir une explication convaincante. Une perte énorme, sachant la valeur de tels écrits.
Longtemps, chasseurs de trésors, aventuriers ou simples curieux tentèrent de retrouver la trace de ces cinq derniers livrets… mais sans succès.

Le livret le plus récent concernant cette période de l’histoire faisait état de la finale et de l’accueil triomphal qu’avaient réservé les Avatars à leurs camarades revenus de l’Arène. De nombreuses pages avaient néanmoins été arrachées et ne restaient que quelques anecdotes ne permettant pas de retracer fidèlement le cours des évènements.
L’analyse du dit cahier ne donna rien et les spécialistes ne furent même pas en mesure de détecter si les pages manquantes étaient dues à un fait volontaire ou non. D’après eux, cela pouvait être accidentel mais ils n’excluaient pas qu’une main ou même des dents soient à l’origine du grief.

En tout cas, hormis le nom des vainqueurs, plus rien à propos du dernier combat ne figurait sur ces pages.
Seuls les anciens, spectateurs et acteurs du dernier combat, pouvaient conter les exploits de Xarcan, Gargak et Akfar qui remportèrent avec panache le Tournoi.
Les légendes venues s’emmêler à la vérité avaient transformé au fil du temps les divers aspects du combat.
Les uns créèrent la surprise en se défendant avec bravoure et les autres furent à la hauteur de leur réputation, portant des coups autant réfléchis que puissants.
L’organisation était un facteur décisif et chaque équipe s’attelait à communiquer, tant par les gestes que par la parole, pour prendre le dessus… au niveau tactique du moins !
On pouvait considérer sans hésiter que ce fut un beau combat, et cela, tout le monde s’accordait à le dire… fort disputé, c’est un fait certain… mais très peu savaient encore le raconter en détail tant la suite des évènements allait retenir leur attention à tous !

En effet, très peu de temps après la victoire finale, les protagonistes étaient de retour dans leurs villages respectifs et s’apprêtaient à reprendre le cours normal de leur vie, fiers de leurs prestations lors de ce tournoi renommé et quelque peu fatigués par la rudesse et la durée des combats.

Au refuge, tout avait été mis en place par le reste du clan pour que les valeureux participants puissent profiter d’un repos bien mérité. Les draps recouvrant les couchettes sentaient bon le printemps, les vases fleuris ornant les petites tablettes murales libéraient dans la pièce l’agréable parfum qu’on pouvait sentir dans les champs de Lumbo de Groûmphhh et un savoureux repas pour célébrer le retour des combattants avait été préparé par les apprentis cuistots suivant les recettes d’Akfar.

On pouvait lire sur le visage des vainqueurs une certaine fierté bien légitime.
Xarcan portait le trophée bien en évidence et le lustrait dès qu’une trace de doigt gras ternissait le brillant de l’objet. Il avait du mal à contenir sa joie.
D’un pas léger et allègre, il allait d’un Avatar à un autre pour lui présenter la coupe et bien sur recevoir les félicitations.
Connaissant le caractère ronchon et sanguin de Firelabar dans la défaite, il passa plus de fois que de raison devant le Nain qui ruminait encore et encore…
A chaque fois, un discret regard était échangé entre les deux amis et récents adversaires… celui-ci en disait beaucoup !
Marmott, qui se tenait aux côtés de Firelabar pouvait comprendre l’un ou l’autre mot sortant de la bouche de son voisin :
« Bah, c’est cette saleté d’armure… pis, les arènes… elles sont trop p’tites !!
Et l’autre, qu’y’arrête pas de passer et d’me dévisager… m’éneeeeerve ! »


L’étonnement laissa vite la place à l’amusement dans le chef de l’Elfe.
Il savait que Firelabar ne pensait pas la moitié de ce qu’il disait…
Et il connaissait aussi le caractère moqueur et narquois de Xarcan qui prenait un malin plaisir à provoquer et exciter le Nain dont les oreilles viraient déjà au rouge…
Et comme pour parachever le travail, l’Orc s’approcha de lui avec un grand sourire et petit bout de carton accroché à une ficelle…
« Voilà, toutes mes félicitations pour vot’ deuxième place…
Et v’la vot’ médaille ! »


A peine avait-il posé la caricature de médaille sur la tête du nain que Xarcan prit ses jambes à son cou sans demander son reste.
Les petites jambes de Firelabar ne lui permettant pas de poursuivre l’Orc, il chevaucha son destrier, saisit un large filet de pêche qui séchait et, galopant frénétiquement, l’envoya sur sa proie qui se vautra sur le sol dans un terrible fracas.
Le nain s’approcha de Xarcan, prisonnier du filet, et du haut de son cheval déversa le contenu de sa gourde dans le visage de l’Orc qui n’avait pas l’air d’apprécier ni la manière dont il avait été capturé ni le liquide froid qui lui coulait le long du cou.

Les Avatars réunis s’esclaffèrent encore une fois dans une ambiance festive comme ils en avaient l’habitude. Akfar arriva pour libérer Xarcan et Mar1 lui apporta une serviette. King Devil s’approcha avec à la main un grand plateau garni de chopes bien fraîches et mousseuses à souhait.
« Allez, buvez un coup, ça ira mieux »
Tous acquiescèrent sans hésiter.

Marmott, en tant que chef, se devait de leur faire la morale, même s’il profitait lui aussi des pitreries des deux amis.
« Bien, messieurs, quand vous aurez fini de vous chamailler, nous pourrons nous attabler et nous régaler… Enfin, soit, pour une fois qu’on ne s’en prend pas à moi…
Sur ce, mangeons et puis dormons, nous en avons grand besoin ! »


Le repas fut long et succulent. Les plats vides et les ventres gonflés en étaient la plus belle preuve.
Un à un, les Avatars allèrent se coucher. Les tables débarrassées et les flambeaux éteints, Avataria allait connaître l’une des nuits les plus calmes depuis sa création.
Pas un souffle de vent, pas un cri d’animal ni de monstre, rien n’allait perturber le sommeil des occupants du refuge Sud-Est du village.

Mais le calme n’allait pas durer.
Sur la dernière page du dernier livret, le dernier paragraphe débutait le lendemain de cette douce nuit. Les derniers mots étaient ceux-ci :
« Etrange nuit que cette nuit ! J’ai rarement aussi bien dormi, pourtant je suis encore fatigué comme jamais… Et le jour qui tarde à se lever…
Xarcan est déjà parti, étonnant, lui qui est loin d’être matinal...
Il se passe des choses étranges… Et ces quatre silhouettes à l’Horizon ne me disent rien qui vaille… »

Ensuite, plus rien…

Les plus folles rumeurs expliquaient la disparition de Xarcan par un enlèvement… d’autres parlaient de jalousie ou de règlement de compte…
Certaines sources sures auraient confirmé qu’une terrible guerre opposant les Avatars au clan des « Evite Nous Ou Meurs » avait éclaté.
L’entièreté des deux clans s’étant vue impliquée dans de sanglants combats qui ne s’arrêtèrent pas aux limites des champs de bataille…
La guerre arriva aux portes des cités et de nombreux bâtiments furent détruits.
Ce que la main des bâtisseurs avait mis des lunes à ériger s’effondrait en quelques coups de masse ou de hache…
Les pertes, des deux côtés, furent grandes et les stratégies mises en places n’empêchèrent que très peu de celles-ci.
Alors que les combats faisaient rage, les diplomates Avatars lançaient régulièrement des appels aux adversaires. Maintes propositions furent mises sur la table, mais jamais, au grand jamais, les EnoM ne daignèrent se rendre ni formuler la moindre excuse, ce qui, selon les anciens, les conduisit à leur perte…

D’un commun accord, les Avatars faisant le siège de ce qui restait du village des EnoM se retiraient et rentraient à Avataria.
Marmott avait incité les siens à faire preuve de clémence envers les rescapés ennemis afin qu’ils puissent reconstruire leurs bâtiments tout en se souvenant que la réputation des Avatars quant à leurs terribles Vengeance n’était pas surestimée !

Malheureusement, les choses ne faisaient qu’empirer ! Certaines rumeurs couraient… les unes parlaient d’apocalypse, d’autres de terribles maladies…
Rassemblés derrière leurs murs, Marmott, Xarcan, Akfar, Mar1, Gargak, King Devil, Firelabar et les autres se réunissaient pour faire la lumière sur l’avenir de leur Village, de leur Clan et tout simplement de leur Monde !

Tout de suite, l’aspect « apocalypse » fut relevé…
Dans la masse une question surgit :

« C’est la fin du monde… que va-t-on faire ??? »

Même ceux qui n’y croyaient pas attendaient tout de même une réponse de leurs meneurs.
Sans hésiter, Firelabar prit la parole :

« Ne nous alarmons pas… Essayons de collecter les informations que nous possédons et réfléchissons, il existe certainement une solution ! »

Marmott, ravi par l’intervention de son ami Nain, se leva s’appuyant des poings sur la table et haussa fièrement la tête :

« Nous avons survécu au cataclysme de Bétahain, nous avons vaincu les Elfes noirs, nous avons terrassé un gigantesque Dragon Gris, nous avons bâti et rebâti notre village dans l’abnégation la plus totale… Nous avons tenu tête à tous nos agresseurs, nous serrant les coudes, ne nous démontant jamais, chaque jour un peu plus fort, puissants et mieux organisés…
Ni les BaB, ni les Gens du Broyage, ni les Mountyhall, ni les EnoM… n’ont eu raison de nous !
Alors, pensez-vous qu’il existe une difficulté que nous ne puissions surmonter ??? Un défi que nous ne puissions relever ???
Je ne le pense pas !
Quoi qu’il arrive, nous survivrons ! »


Un sentiment de fierté et d’honneur remontait le moral des troupes.
Marmott avait déclenché une vraie ferveur dans l’assemblée et chacun était décidé à attendre de pied ferme cette fameuse fin du monde dont tous parlaient !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique des Avatars de Vengeance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique des Avatars de Vengeance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» - Liste des Avatars Pris.
» Sites & Demandes d'Avatars
» [ Aide aux Nouveaux ] Galerie d'Avatars
» [Alexandre Ruiz] "La chronique d'Alexandre Ruiz"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avatar de Vengeance :: Quartiers Publics :: Présentations et Histoires-
Sauter vers: